LES CÉLIBATAIRES MYSTIQUES

Quand tu es célibataire et que tu enchaînes les histoires avec ceux que l’on appelle les Super Connards, il arrive que, pleine de joie et d’allégresse,  tu finisses par te tourner vers le mystique…
Je m’explique. Avec ma meute de copines par exemple, nous invoquons régulièrement les dieux, les astres, la numérologie… On s’échange régulièrement nos porte-bonheur : “Lui je l’ai trouvé à Miami, c’est un collier spécial pour rencontrer l’amour, je te le prête si tu veux ?”, “Ça c’est un petit truc que ma grand-mère m’a fait, à mettre sous ton oreiller, il parait que ça attire les hommes…”. Et, comme si ça ne suffisait pas, à chaque rencard, je porte tous mes gris-gris et vérifie qu’il y ait bien le chiffre 5 caché quelque part dans cette date de rendez-vous, quitte à changer de table pour me retrouver à la 50 et trouver une excuse valable à sortir au mec qui me regarde avec angoisse…

Bref, tout y passe, même le simple achat d’un magazine nous pousse dans une frénésie de lecture des horoscopes. “T’es quoi déjà ? Sagittaire ? Putain, dingue ! Tu vas rencontrer un mec de ton boulot… C’est peut-être le type du deuxième, celui qui te regarde dans l’ascenseur ?” Puis pendant un mois, on attend que ce mec que nous avons délibérément déterminé passe à l’action… et puis rien. Déception.

Dans le métro, on lit les gratuits, mais surtout l’horoscope journalier “Aujourd’hui  journée de merde les meufs !” ou alors “Je suis méga bonne aujourd’hui et il est écrit que je vais faire The rencontre today !”. Dans ce cas là, la journée prend tout son sens, on minaude devant chaque mec, le boulanger, le buraliste, notre patron, nos collègues, le mec du coin de la rue avec son chien… les jeunes, les vieux… tout y passe… mais la plupart du temps, il ne se passe toujours rien.

Du coup, une fois ces syllabus quotidiens et mensuels évacués, il faut chercher du mystique, invoquer des ancêtres, païens et se rendre chez la voyante. Entre nous on se passe les adresses, les bons plans. Et avec pragmatisme (bien sûr) nous avons ce type de discussion :

“Donc tu ne peux l’appeler que la nuit ?

– En fait, non, tu envoies d’abord un SMS en disant que tu viens de la part de J. et ensuite tu attends qu’elle te réponde. Quand elle te donne rendez-vous tu vas dans une petite rue perdue, au premier étage, elle a 5 chihuahuas, je te jure, dingue le truc. Puis tu rentres dans une pièce sombre et là elle te sortira des trucs oufs ! Mais au fait tu veux quoi qu’elle te tire les cartes ou utilises une boule de cristal ?”

Avec du recul, et au regard des amies de la meute archi diplômées et plutôt rationnelles, on peut légèrement passer pour des barjots. Mais rien ne nous empêche de continuer à nous rendre dans le sanctuaire de l’avenir…Une fois les questions sur le boulot et la famille évacuées, on pose toujours la même question “Euh… et concernant les amours sinon ?” Fébrilité dans la voix.

Là, la voyante entre dans une forme de transe, touchant les petits objets sur la table, retournant des cartes, la pression est à son comble, on en arriverait presque à faire pipi dans notre culotte, mortes de trouille. Elle parle doucement, s’adresse à des astres…  à Mercure, Pluton,  Mars… Puis le verdict se fait entendre. “Il est en chemin, vous allez construire un foyer heureux…” Mais il arrive bientôt ? Est-ce que ma nouvelle target est la bonne ? “Non, Votre nouveau compagnon n’est pas le bon…”

Sortir du cabinet et envoyer un texto à son nouveau mec “Réflexion faite, on va en rester là”.

J’aimerais conclure avec l’anecdote de ma pote A.. A. est allée chez une voyante qui lui a dit que, pendant un voyage,  elle serait désenvoutée, que le mauvais sort qu’on lui avait jeté serait effacé et que là-bas, elle rencontrerait “THE ONE”.  A. est partie en Guadeloupe 3 jours après le rendez-vous, je pense qu’elle a retourné chaque coquillage, chaque grain de sable, qu’elle s’est purifiée dans toutes les cascades et  chaque bain de mer pour attirer l’élu… Mais quand on est allé chercher A après son voyage à l’aéroport, pleines d’espoir voici ce qu’elle nous a dit :  Pas de prince, pas de cheval blanc, mais beaucoup de rhum”. On est sorties de l’aéroport, pas démoralisées pour un sou et pleines d’espoir car il se dit -dans le milieu très fermé des célibataires mystiques- que le printemps est annonciateur de rencontres et de roucoulades… Si les astres ne nous aident plus, si Irma ne voit pas clair dans sa boule, les minis jupes et les talons hauts risquent d’être de très bons appâts pour pêcher notre nouveau Georges !

>Retrouvez Maëva sur son blog http://www.lechatetmoionestcontent.com/

Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *