LE VORTEX DE L’ÉTÉ RAVAGEUR

 
Pour celles dont l’expression "Je m’en fous, je n’ai qu’une vie, je vais donc finir tes nuggets" prend tout son sens, l’été est une période difficile.

Pour moi comme pour beaucoup, ce satané moment où il faut virer les collants qui cachaient si bien le gras en trop et les mollets pas rasés est un vrai calvaire. Je déteste me prêter à l’horrible essayage de bikinis, où, excusez-moi du peu, les cabines sont éclairées comme si une entité divine m’avait choisie pour une mission. Du coup, en me regardant dans la glace, je me vois plus comme une sorte de Carlos au féminin plutôt qu’une Beyoncé ! 
 
Donc tous les ans, vers avril, alors que j’entame ma 36ème barre au chocolat du mois, je me dis que l’été arrive et qu’il faut maigrir. Le même soir, je vais me coucher en me disant que, demain, je dois me lever plus tôt pour faire du sport et que mes repas seront tous légers et équilibrés. Et puis tous les soirs, je me dis que je le ferai demain, en fait. 
 
Puis les mois passent et arrive le moment fatidique de faire la valise. Si j’ai de la malchance, je vais devoir aller à la plage accompagnée de mon chéri et de quelques copines bonasses. Deux jours plus tard, j’y suis. Je cherche la meilleure pose pour me mettre en valeur sur la plage mais je ressemble à une anguille obèse. Puis, soudain, comme une grosse tarte light sur la face, une de mes copines me dit  avec une voix suraiguë : "Whaaah, mais t’es TROP bien foutue!". Il n’en fallait pas moins pour que j’ai le déclic et que je reprenne confiance en moi.  Ni une ni deux, je vais  faire bouger le gras de mes fesses sur la danse des tongs !
 
Et un bel été à toutes.   
Retrouvez Bruna sur sur son blog, Liberty Dentelle : www.libertydentelle.blogspot.com 

Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

NOUVEAUX.LLES LEADERS N°48

CONNECT & FOLLOW