LE TUNNEL LE PLUS LONG DE BELGIQUE RENOMMÉ AVEC UN NOM FÉMININ

Comme seulement 6,1 % des rues bruxelloises portent des noms de femmes, la secrétaire d’État à l‘Égalité des chances et la ministre de la Mobilité belges ont décidé de renommer le pont Léopold II. 

Belle initiative ! Et en plus, ce seront les Bruxellois.e.s qui choisiront le nom. Durant tout le mois de septembre, ils.elles pourront faire des propositions sur le site internet de Bruxelles Mobilité. C’est un comité d’expert.e.s qui sera chargé d’établir une liste à partir des propositions, et les citoyens pourront à nouveau interagir et voter pour le nom définitif en novembre. 

La décision a été prise par Nawal Ben Hamou, secrétaire d’État à l’Égalité des chances, et Elke Van den Brandt, ministre de la Mobilité, alors que les travaux de rénovation du pont touchent à leur fin. Selon Nawal Ben Hamou pour le média Le Soir, « nous sommes convaincus qu’une Région plus égalitaire passe aussi par une féminisation de l’espace public ». Et en effet, cette féminisation est belle et bien nécessaire, puisque seulement 6,1 % des rues de Bruxelles portent des noms de femmes. 

Quelle situation en France ?

En France, moins de 5 % des rues portent des noms de femmes. C’est encore beaucoup trop peu, même si déjà mieux qu’en 2015 où le chiffre s’abaissait à 2 %. Et ce n’est pas mieux dans les grandes villes. 0,6 % à Marseille, 1,1 % à Lyon et 1,2 % à Clermont-Ferrand… 

Certaines villes ont toutefois déjà imaginé des projets de féminisation des noms de rues, notamment Paris, dont le chiffre s’élève à un peu plus de 5 %, Nantes, et Strasbourg. Nantes est celle qui a le projet le plus ancien, datant déjà de 2018. Paris a suivi de près, en s’y attelant en 2019, et Strasbourg le plus récemment, en mai 2020. En espérant que la tendance ne s’arrête pas en si bon chemin…

Article de Clémence Bouquerod

Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *