LE FEMALE GAZE, QUÈSACO ?

Si vous êtes comme nous, vous avez peut-être appris l’existence du female gaze il y a à peine quelques mois, sur les réseaux sociaux. Et parce que tout le monde n’a pas les mêmes feed, on s’est dit qu’un petit recap ne serait probablement pas de refus.

Le female gaze s’exprime, par définition, en opposition au male gaze. Ok. Mais concrètement, ça veut dire quoi ? On reprend à zéro. Le female gaze, ou regard féminin, est une théorie féministe qui questionne la création des personnages féminins et la façon dont on les perçoit. Ce concept fait directement suite aux recherches de Laura Mulvey, critique et réalisatrice de cinéma féministe, qui a théorisé le male gaze pour la première fois en 1975.

 

Du male gaze au female gaze

Souvent, ces concepts sont relatifs aux milieux de l’image ou culturels. Films, séries, publicités, défilés, photos, livres… Tout ce qui implique la création d’un personnage – selon un point de vue féminin ou masculin, vous l’aurez compris. Le problème ? Au cinéma, à la télé, dans la pub, la plupart des décisionnaires étaient (sont encore ?) des hommes. Et jusqu’à aujourd’hui, de nombreuses femmes ont donc été représentées stéréotypées, loin de la réalité, sexualisées. C’est ça, le male gaze. On se construit avec toute notre vie. Et c’est (heureusement) largement remis en cause.

Pour mieux comprendre :

Moins cliché ?

L’exemple le plus flagrant qu’on peut vous donner, c’est celui d’Harley Quinn. Si connue, iconique. Dans le film Suicide Squad, sorti en 2016 et réalisé par David Ayer, on voit une Harley Quinn (très) sexualisée, aux cheveux longs (pratique, pour combattre), habillée d’un mini-short et d’un mini crop-top, pas crédible et très superficielle. À l’inverse, dans Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn, réalisé en 2020 par Cathy Yan, la protagoniste est méconnaissable. Cheveux courts, profonde, réaliste. La seule différence, c’est que ce dernier a été réalisé sous un prisme féminin. Bienvenue, female gaze !

Une remise en question nécessaire

En France, on peut notamment lire le livre d’Iris Brey sur le sujet, Le Regard féminin, une révolution à l’écran. Et des films ou des séries sous le regard féminin, il en existe pleins : Portrait de la jeune fille en feu de Céline Schiamma, Nomadland de Chloé Zhao, Pitch Perfect de Jason Moore, Girls de Lena Dunham, The Handmaid’s Tale… Cependant, il serait peut-être temps de sortir de cette binarité, qui manque de pertinence et crée davantage de castes. Mais ne vous méprenez pas ! Nous sommes ravi·e·s d’une telle évolution : se rendre compte de ces théories, ça nous permet d’avancer vers une société plus égalitaire. Et le female gaze est plus que nécessaire. Et comme Sarah le dit si bien dans Le Blog du Cinéma, « Le gaze devrait logiquement continuer à se diversifier avec l’apparition de nouveaux types de représentations. » Et on ne peut pas mieux espérer !

Vous pourriez aimer...