LE CINEMIX DU MERCREDI 3 AOÛT

 

Cette semaine au cinéma, des petits hommes bleus, des rockeurs Irlandais prêts à tout pour devenir célèbres, un amour italien inassouvi et des pas chassés.

LES SCHTROUMPFS de Raja Gosnell

Rien à schtroumpfer cet été ? Ça tombe bien, les petits hommes bleus débarquent sur grand écran. Malheureusement, outre les réminiscences de notre enfance lorsqu’on entend le terrible nom de Gargamel, on se sent un peu coincés entre les Chipmunks et les sept nains de Blanche Neige. Petite surprise, la présence de Barney Stinson, allias l’acteur Niel Patrick Harris de la série How I met you mother, que nous n’attendions pas dans ce cadre.

En somme, ce n’est pas hyper schtroumpfant, il faut bien le dire, mais ce n’est pas déschtroumpfant non plus. 

> La bande annonce 
> Un film, une musique : La plus belle pour aller danser de Sylvie Vartan, parce que quand on se prépare pour sortir on est toutes un peu des Schtroumpfette dans l’âme.

ITINÉRAIRE BIS de Jean-Luc Perreard 

Jean n’est pas tout à fait le genre de mec sur lequel on miserait. Nora, pas tout à fait le genre de femme à laquelle on s’attacherait. Un looser, une caractérielle et pourtant, ils vont faire un petit bout de chemin ensemble. On dit oui car on découvre Fred Testot donnant la réplique à quelqu’un d’autre qu’Omar Syet parce que, dans le film, Leïla Bekthi est tout simplement magnifique.

> La bande annonce
> Un film, une musique : You Are My Destiny de Paul Anka, parce que des fois l’amour ne prévient pas et  il faut laisser faire le destin.

VOYEZ COMME ILS DANSENT de Claude Miller

Deux femmes se déchirent dans un pas de deux, hantées par la figure pivot d’un homme aussi fuyant qu’un chassé et aussi fascinant qu’un jeté. Le dernier film de Claude Miller mérite le détour ne serait ce que pour les excellentes Marina Hands et Maya Sansa et l’impressionnant James Thierrée, artiste complet à l’instar de son grand-père qui n’est autre que Charlie Chaplin.

> La bande annonce
> Un film, une musique : Le thème du film de Frederico Fellini, 8 et demi de Nino Rota, qui fait penser au personnage d’un artiste que s’arrachent les femmes.

LE VOYAGE DE LUCIA de Stefano Pasetto

Un besoin de vous venger de Georges ? Légèrement insomniaque ces derniers temps ? L’ennui mortel de ce film est donc pour vous ! Deux femmes insatisfaites de leurs relations pensent trouver leur liberté dans un couple homosexuel. Un féminisme primaire sous des airs intellos.

> La bande annonce 
> Un film, une musique : Ziggy de Céline Dion. Beaucoup de points communs avec ce film : une récupération ambigüe de l’homosexualité, une prise de tête à laquelle on aimerait mettre un terme, et petit bonus, si vous regardez le clip : ça marche aussi pour se venger ou s’endormir !

KILLING BONO de Nick Hamm


Parce que rien que le titre est sympathique ! Neil a le meilleur groupe de rock de Dublin, il n’en doute pas, donc ça l’énerve légèrement de voir ces incapables de U2 démarrer en trombe, enfin heureusement que ça ne durera pas… Quite funny.

> La bande annonce
> Un film, une musique : Sunday Bloody Sunday de U2, évidemment. 

 

Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *