LAURE DE SAGAZAN : OUI, JE LE VEUX

Photo, Laurent Nivalle
 
Laure de Sagazan crée des robes de mariées à l’esprit délicatement suranné. Pas de meringue à l’horizon, mais la simplicité et la pureté des lignes et des matières, pour revenir à l’essence de la robe. Interview.
 
Paulette : Tu es styliste de formation, mais tu ne te destinais pas à la création de robes de mariée. Comment es-tu arrivée jusqu’ici ?
Laure : Après ma formation de stylisme, je suis entrée en stage chez Ba&sh, puis on m’a embauchée. Je suis restée là-bas durant trois ans. En parallèle, ma cousine, qui avait le goût du défi, m’a demandé de créer sa robe de mariée. Elle a eu son petit succès, et d’autres commandes sont tombées. Je n’avais pas d’attrait particulier pour le monde du mariage, mais je me suis rendue compte qu’il y avait un truc à faire, un créneau. Je me suis lancée.
 
Comment qualifierais-tu l’esprit de tes robes ?
Les bases de mes créations sont toujours des robes du quotidien que je réinvente. J’aime déguiser des robes que je vois tous les jours. Mes clientes veulent s’émanciper de la robe de mariée classique, même si on conserve la couleur ivoire ou blanc cassé.

 

"J’AIME PARTAGER CES MOMENTS PRIVILEGIES AVEC MES CLIENTES"
 

Ta marque est toute jeune. Et pourtant elle a déjà un grand retentissement !
Oui, j’ai beaucoup de chance, je suis obligée de refuser des commandes. Si j’acceptais tout, je serais à 220 rendez-vous !
 
Tu passes des moments avec des femmes qui vont faire le grand saut, qui s’apprêtent à passer un des moments les plus importants de leur vie. Humainement parlant, c’est assez enrichissant, non ?
C’est vrai qu’on passe des moments privilégiés avec ces femmes, on partage leurs petites angoisses, leurs interrogations. C’est aussi l’avantage des petites structures, c’est beaucoup plus relax.
 

Quels sont tes projets à court terme ?
J’ouvre mon atelier dans quinze jours, et je vais sortir beaucoup de nouveaux modèles. Mais plus généralement, je préfère ne pas brûler les étapes et y aller doucement.
 
"VOIR TOUT CE TISSU MONOCHROME, ÇA ME FAIT TRIPPER !"
 

As-tu parfois des moments de doute suite à ce grand virage que tu as pris dans ta carrière ?
Pas une seconde ! Je suis certaine d’avoir bien fait, c’est un véritable défi, et la demande est là. Quand j’ouvre mes armoires et que je vois tout ce tissu monochrome, ça me fait tripper !
 

As-tu un message pour les Paulette qui vont te lire ?
Il faut toujours, et particulièrement le jour du mariage, garder sa personnalité. Rester soi-même, c’est ça le secret.
> Pour plus d’informations, direction son site Internet
 
Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *