LABEL VIE : STAND OUT RECORDS


Sonia a rencontré Mathieu Aribart et Jérémy Mahieu, les fondateurs de
Stand Out Records, un tout jeune label ambitieux et soucieux de produire une musique entre rock et électro élaborée, sensée et expressive. Maniant plusieurs casquettes, jouant sur plusieurs cordes, les deux producteurs sont également musiciens et compositeurs au sein du groupe Napoleon Great Army, à la fois grunge et psyché.

Paulette : Depuis la création de votre label en 2010, quels ont été les moments forts ?
Mathieu : Le début, ça a été un moment fort. On était en enregistrement pour deux mois du côté de Père-Lachaise. On a passé août et septembre 2010 tous les jours en studio. Du coup, on était moins préoccupés de sortir la musique que de la faire. L’endroit était devenu un peu comme un deuxième appartement, une cour de récré avec les potes, et finalement le meilleur bar/boîte de nuit qui puisse exister.

"COMME ON A ÉTÉ DÉÇUS PAR NOTRE LABEL, ON A DÉCIDÉ DE CRÉER LE NÔTRE."
Comment avez-vous monté votre label ?
Jérémy : On se connaît depuis qu’on a 7 ou 8 ans, on a toujours voulu monter une structure ensemble. On a fini par travailler avec un label avec notre groupe et on a été déçu. On était au taquet, mais eux n’étaient pas trop au rendez-vous… On a vu alors quelle était la situation dans le monde de la musique. Moi je terminais mon école d’ingé-son, Mathieu était en dernière année à Centrale, option entreprenariat, et on s’est dit que c’était le meilleur moment pour se lancer dans ce dont on avait vraiment envie : produire notre groupe et participer à la scène parisienne et française ! Il fallait y aller.

Et votre groupe, Napoleon Great Army ?
Jérémy : Ça fait 5-6 ans qu’on l’a, nous sommes quatre dedans. Il y a eu des changements. L’été dernier, on a changé de batteur, et aussi de nom. On a mis un peu de temps avant de le trouver, on voulait un nom à la fois anglais et français, qui nous permette de développer un univers riche.


Vous avez signé le groupe Scarlet Queens. Comment s’est passée la rencontre ?  

Mathieu : Six mois avant de les signer, on avait vu Scarlet Queens sur scène et ils ne nous avaient pas trop convaincus. On nous en a reparlé à l’époque où on cherchait un groupe avec qui travailler, alors on y est retourné pour voir.
Et là, on a remarqué qu’ils avaient changé de line-up, d’image, de style… On a écouté leur première démo. On a changé complètement d’avis et un mois et demi plus tard, on était en studio.

Comment définiriez-vous l’axe musical et artistique de votre label ?
Mathieu : II se précise avec le temps et l’expérience. On est clairement dans la musique comme forme d’art et d’expression. Comme on est musiciens, ça change aussi la donne par rapport à d’autres labels, d’autant plus que pour l’instant, on n’est pas dans une approche commerciale.
On voit vraiment les musiciens comme des acteurs, il faut exprimer quelque chose, se mettre dans une certaine disposition, dans un certain "mood". On essaie de faire de la musique vivante, qui bouge, et de ne surtout pas abuser de Pro Tools.

Jérémy : Pour nous, c’est important d’avoir une exigence, de décortiquer ce qu’on fait, de travailler, de chercher. Une chanson évolue tout le temps, on sait aussi qu’à l’épreuve de la scène, un titre va changer une fois, deux fois, trois fois…


"ON RÊVE DE SIGNER D’AUTRES GROUPES ET DE PARTIR EN TOURNÉE"
Comme on est encore en début d’année, on peut faire un micro bilan de 2011 : y-a-t-il eu un événement musical qui vous a marqué en particulier ?
Jérémy et Mathieu : La mort de Dj Mehdi. Notre ingé-son avait travaillé avec lui. Nous, malgré le fait qu’on produise du rock, on aimait beaucoup son son et sa pâte.
Quand on a commencé à faire de la musique, on trouvait l’approche des membres de la scène électro bien plus intéressante que ce que faisaient les baby rockers…

Quels sont vos vœux pour 2012 ?

Jérémy : Il y a beaucoup de choses qu’on entreprend pour développer le label, s’occuper de la boîte d’édition, faire de la musique de films. On aimerait bien aussi avoir d’autres groupes et partir en tournée.  

Mathieu : Cette année, on va passer à une deuxième partie du travail plus inscrit dans la durée et le long terme.
 

STAND OUT RECORDS                                                                  

Site
Facebook 
Pour écouter Scarlet Queens
Pour découvrir Napoleon Great Army 
 
Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *