LA TENDANCE DU 874 ROLLED WAISTBAND

Que vous possédiez ou non le mythique pantalon Dickies 874, on se devait de vous présenter LA tendance TikTok du moment.

Notre société est bercée par les effets de mode et notamment par les micro-tendances, qui se développent principalement sur les réseaux sociaux. Après les jeans troués, les hauts en collant et les pulls sans manches, voici la mode du 874 Rolled WaistBand, de Dickies. 

Une ambiance années 90

874 ROLLED WAISTBAND, focus outfit avec la tendance dickies
874 ROLLED WAISTBAND © unknown
874 ROLLED WAISTBAND, femme debout avec la trend pantalon dickies
874 ROLLED WAISTBAND © unknown

Lancé en 1967, le pantalon 874 de Dickies, à la base destiné à la main d’oeuvre américaine, s’impose aujourd’hui dans la fashion sphère. Dickies représente l’esprit workwear. Marque de référence reconnue pour sa résistance, sa fonctionnalité et sa robustesse, elle propose bien plus que de simples vêtements de travail.

Après la mode des années 80 et 70, l’esthétisme des années 90 fait son grand retour, notamment sur TikTok. Place aux coupes amples et aux pantalons taille basse, des caractéristiques qui rappellent le modèle 874 de Dickies. Le workwear est devenu ultra-tendance et est mis sur le devant de la scène par Julia Fox, Kendall Jenner, Kaia Gerber Le 874 Rolled Waistband, c’est la trend née sur la plateforme de prédilection de la Gen Z qui consiste à retourner la taille du pantalon pour le rendre encore plus taille basse, faisant ainsi apparaitre le logo de la marque. Une mode qui se marie aussi bien avec une paire de sneakers qu’une paire de talons. Le 874 Rolled Waistband séduit les réseaux sociaux par cette attitude élégante et confortable. Ce pantalon Dickies devient LA pièce phare des célébrités telles que Madison Beer, Kourtney Kardashian 

On peut dire « merci TikTok » pour la création de cette tendance qui a rendu le modèle iconique de Dickies viral ! Vous voulez vous initier à cette trend ? Rendez-vous sur le site officiel de Dickies pour vous procurer le modèle 874. 

 

Un article de Joséphine Papazian

Vous pourriez aimer...