LA TAMBOUILLE DE CURRY & COCO

Illustration, Erika Simmons

Cette semaine, Paulette jette son dévolu sur Thomas Priem et Sylvain Przybylski, compères associés au sein du gesticulatoire duo Curry & Coco.
 
Paulette : Si on ajoute "poulet" à Curry & Coco, on a un plat thaï… Vous aimez voyager ?
Thomas : On a plutôt intérêt car on part pas mal et c’est cool.
Sylvain : On a déjà fait une tournée en Angleterre, mais on est aussi allés à Moscou, Kiev, Berlin… Donc voyager, non seulement ça fait partie du deal, mais on aime vraiment ça.
 
Paulette : Malgré votre nom exotique, vous venez de Lille… Où vivez-vous maintenant ?
Thomas : Toujours à Lille ! Remarque, c’est exotique pour certains.
Sylvain : On a notre studio d’enregistrement là-bas.
 
Paulette : Où manger un bon poulet curry alors ?
Sylvain : Au marché flottant. Quoique ce n’est pas là que l’on trouve les meilleurs mais ça, on ne peut pas en parler.
Thomas : Oui, il existe un autre endroit pour manger un bon poulet curry mais il faut que ce soit nous qui vous emmenons.
Sylvain : C’est secret. Nous contacter.
 
Paulette : Comment vous êtes-vous rencontrés ?
Sylvain : Il y a fort longtemps (rires complices)… Lorsque nous étions enfants. On écoutait beaucoup de musique, on bricolait, on jouait ensemble… Jusqu’en 2006, où l’on a décidé de fonder notre groupe, Curry & Coco.
 
Paulette : Votre album s’appelle We are beauty. Vous êtes contents que Paulette ait le béguin pour vous ?
Thomas : Carrément oui ! Le concept est hyper intéressant, j’aime bien votre vision des choses ! Le nom est très bien, donc faut pas chercher !
Sylvain : Paulette, ça fait très chic !
 
Photo, Rémi Ferrante

Paulette : D’où venez-vous musicalement parlant ?
Thomas : On voit la musique à la façon de collectionneurs, donc on n’a pas vraiment de limites : on vient aussi bien d’AC/DC que de Blondie, en passant par Gang of Four ou Eddy Mitchell… Notre univers est assez vaste. On pioche dans ce qu’on aime vraiment, dans ce qui nous touche.
Sylvain : Notre album, c’est un mix entre l’énergie de la disco et celle de la new wave. En tout cas, c’est notre analyse après l’enregistrement de l’album.
 
Paulette : Vous gesticulez autant sur scène que dans vos clips ?
Thomas : Sur scène, on transpire à mort ! Dans nos clips, on gomme la transpiration, goutte par goutte, mais en live, on donne beaucoup d’énergie. Pour nous, il est hors de question de faire les choses à moitié. Sur scène, on est punk. Notre musique a quelque chose d’assez percussif et de vibratoire. On fait tout pour que le public la ressente comme tel.
Sylvain : Chaque concert est un challenge, on est vraiment un groupe live. Beaucoup de gens nous classe dans la catégorie électro, mais on joue sans ordinateur ni machine. Donc on n’est pas vraiment un groupe électro.
 
Paulette : Qu’est-ce qu’on peut trouver dans votre I-pod en ce moment ?
Thomas : En ce moment, j’écoute deux groupes disco français des années 70, les Rockets et les Droïds.
Sylvain : Moi je réécoute les Beatles en boucle.
 
Paulette : Quels sont vos projets ?
Thomas : On commence notre tournée, une vraie grosse tournée, en France et un peu à l’étranger (à Taiwan et en Chine, ndlr). Ça tombe bien, vos lectrices sont Françaises !
Sylvain : Et on continue de faire la promotion de notre single Top of the pop !
 
CLIP : TOP OF THE POP



 
 

              

   ALBUM

   We Are Beauty :: Peermusic

   CONCERTS
   17/11 L’Autre canal – Nancy
   23/11 La Maroquinerie – Paris
   24/11 Le Transbordeur – Lyon
   15/12 Le 106 – Rouen…

   BONUS : leur Q.G. lillois
   Le bar le Peek a Boo "comme la chanson
   de Siouxsie", rue de l’Hôpital militaire.


 MYSPACE / BLOG  

Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *