LA REINE M.I.A

 

M.I.A. aka la chanteuse londonienne la plus rebelle et engagée s’est confiée sur la sortie de son nouvel et dernier album, A.I.M. Rencontre explosive.

Paulette : Comment s’est déroulé le processus de création de cet album ?

M.I.A : J’ai fait la vidéo pour Borders que j’ai produit moi-même et les médias se sont très vite emparés du clip. Mais les maisons de disque m’ont dit que ça ne les intéressait pas si elle ne faisait pas partie d’un album. Je leur ai dit que je n’avais rien d’autre à rajouter que ce que je disais sur ce morceau et que je ne comptais plus faire d’album avant mes 80 ans … au moins. Alors ils ont commencé à me poser toutes ces questions sur la signification de mes paroles et de mes choix d’images. À ce moment-là, je me suis dit : « OK, j’abandonne, je me barre d’ici. Je vais aller vivre dans l’espace. » Puis j’ai retrouvé Blaqstarr que je n’avais pas vu depuis cinq ans. On s’est juste installés tous les deux dans un studio et on a composé cinq chansons en une journée. J’étais bluffée. Personne n’avait jamais eu cet effet sur moi. Et le résultat a été assez phénoménal.

Quel était le message que tu voulais faire passer avec cet album?

Je n’aurais jamais pensé devoir un jour militer pour l’amour et la spiritualité mais en 2016, il me semble que c’est un acte assez punk. Mon message est de rappeler aux gens contre quoi ils doivent se battre. Leur rappeler que s’il y a un souci de droits ou un conflit, il faut qu’ils s’en prennent aux dirigeants et non qu’ils se battent entre eux.

J’ai entendu dire que cet album serait ton dernier ?

En effet, c’est mon dernier album. Je composerai peut être des morceaux ici et là mais je ne compte pas me remettre à écrire. Je pense que maintenant que j’ai acquis une certaine maturité, j’aurai la patience d’essayer quelque chose de nouveau. Les gens interprètent souvent ce que je dis de travers car je n’ai que trois minutes pour faire passer un message dans mes chansons donc je vais tenter de le faire par d’autres moyens.


Quel a été selon toi l’un des moments phare de ta carrière  ?

Je pense que l’un des moments forts de ma carrière a été de faire le Superbowl avec Madonna et Nicki Minaj en costume de pom-pom girl. Ce jour-là, j’ai aussi posté ma vidéo de Bad Girls (figurantes voilées). Ces deux vidéos jouent sur deux cultures diamétralement opposées, sur deux cultures en guerre et je les ai vues se faire la course sur Vevo. C’était comme une course entre le Yin et le Yang, j’ai trouvé ça génial. J’ai aussi adoré pouvoir être réfugiée et parvenir à devenir musicienne. Je suis une marginale et pourtant, j’ai obtenu une voix dans notre société.

Si tu pouvais revenir en arrière, est-ce que tu ferais quelque chose différemment ?

Hum… Je ne pense pas que je ferais quoi que ce soit différemment. Je pense avoir été fidèle à moi-même dans ma carrière. J’entends des gens dire « Si elle fermait un peu sa gueule, elle serait millionnaire. » Ou « Si elle se déshabillait, qu’elle faisait des chorégraphies, elle aurait bien plus de succès. » Mais je ne pense pas que le monde ai besoin qu’une énième femme qui se déshabille. J’avais peut-être juste besoin de savoir que je ne faisais pas tout ça par colère mais pour aider les gens.

As-tu une idée d’où vient ton succès ?

Je pense que la clé de mon succès, c’est… (pause) tu sais quoi, j’en sais strictement rien. Peut-être la bonté divine. Chaque année, depuis mes débuts en 2005, j’ai le F.B.I à la sortie de mes concerts. Je reçois des menaces de mort, des lettres du gouvernement qui m’accuse d’être une terroriste et pourtant, j’ai toujours eu ces instants de grâce qui m’ont sortie d’affaire. Je pense que, quand tu fais quelque-chose pour aider les autres, tu auras toujours ces moments inexplicables de bonté divine sinon je n’explique pas comment j’ai réussi à aller si loin.

Quels sont tes futurs projets  ?

Je voudrais étudier, apprendre des choses. J’ai toujours été quelqu’un de très créatif mais j’ai rarement eu la patience de suivre des cours. Je voudrais en apprendre le plus possible sur toutes le cultures qui m’ont influencées. Je ne pense pas qu’il soit nécessaire de s’accrocher à des traditions qui ont eu des effets bénéfiques sur notre civilisation si elles n’en ont plus aujourd’hui. Je pense que le monde doit évoluer philosophiquement, trouver des alternatives à notre façon de penser actuelle donc je pense que je vais essayer de trouver ça (Rires).

M.I.A :: A.I.M.
Sortie le 9 septembre
Polydor

 
Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *