LA PHOTOGRAPHE HARLEY WEIR CELEBRE LA CREATIVITE FEMININE PARTOUT DANS LE MONDE

Harley Weir : le nom de cette jeune photographe de mode est désormais sur toutes les lèvres. Aujourd’hui, elle dévoile son nouveau projet créatif réalisé pour la plateforme digitale The Fifth Sense à travers une série de portraits, un court-métrage et un fanzine mêlant les citations et portraits de cinq jeunes femmes qui s’apprêtent à changer le monde de demain.

Inspirée par l’univers du parfum, Harley Weir a voulu capturer la féminité complexe, sensuelle et intense qu’on associe au N°5 de CHANEL pour l’incarner à travers cinq femmes fortes aux personnalités singulières. Encapsulée dans une série de portraits, l’œuvre de Harley Weir offre un aperçu de la richesse des cultures qui enserre le quotidien de chacun de ses modèles féminins.

Ce film et les séries de portraits de la photographe sont disponibles sur le site The Fifth Sense, la nouvelle plateforme éditoriale et vidéo créée par i-D en partenariat avec CHANEL pour célébrer la créativité féminine. Ces projets sont accompagnés d’un documentaire retraçant le processus créatif de Harley Weir ainsi que d’un fanzine gratuit, publié en édition limitée de 10000 exemplaires. Ce fanzine sera distribué dans des lieux clés sélectionnés par Harley Weir, i-D et CHANEL.

Fascinée par la puissance de l’individualité sous ses formes les plus diverses, Harley Weir a sillonné la planète pour aller à la rencontre de ses modèles. Chaque séance photo a donc été le fruit d’une étroite collaboration avec chacune d’entre elles, l’occasion d’explorer le thème de l’intimité féminine chère à l’artiste. Parmi elles, la jeune actrice française Oulaya Amamra désormais connue pour son interprétation dans Divines, le film qui remportait la Caméra d’or cette année à Cannes ; Momo Okabe, dont la photographie donne à voir un autre Tokyo, plus actuel et coloré que jamais ; l’artiste sourde Christine Sun Kim, qui depuis Berlin, renverse notre perception de l’art ; Zaria Allen, une slameuse originaire de Los Angeles et enfin Manthe Ribane, une danseuse de Johannesbourg pour qui la féminité est affaire d’intensité et d’énergie.

Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *