LA MEUF QUI S’EST FAIT LARGUER

Pour rien au monde on ne souhaite être dans les parages quand une meuf vient de se faire larguer. C’est la première et la seconde guerre mondiale réunies pendant un cyclone tropical.
Si cette meuf est ta meilleure amie, tu regrettes amèrement d’avoir signé un contrat tacite pour le meilleur et pour le pire avec elle. Tu préfères encore honorer ce contrat quand tu lui tiens les cheveux un soir de cuite au gin-fanta, même si elle vient de manger un Kebab.
 
Si cette meuf est ta collègue, tu as envie de lui faire avaler son agrafeuse à chaque chouinement et chaque reniflement sortant de son nez rougi et morveux.
 
Car c’est bien connu, la meuf qui s’est fait larguer se sent obligée de crier son désespoir à tous, même aux inconnus. En effet, elle s’efforcera de pleurer à chaudes larmes dans le métro, racontera ses déboires à tout l’open space, boudera devant son assiette à la cantine, le regard éteint car "tu comprends, les choux de Bruxelles, ça me rappelle la fois ou on est parti en week-end en Belgique pour nos 6 mois…".
 
La meuf qui s’est fait larguer est aussi irritante qu’une piqûre d’oursin sur le téton et aussi sexy qu’un escargot incontinent.
 
Elle passe généralement par six phases successives et interminables :
 
Le choc 
C’est le moment ou elle se retrouve en position fœtale sous la table de sa cuisine à même le carrelage, en dodelinant de la tête de manière saccadée.
 
La négation
Elle répète en boucle "C’est pas possible, c’est pas possible", lui assène des "Non, tu n’as pas le droit de me quitter, je te l’interdis !", "Mais c’est une blague, c’est ça ? Tu n’as pas pu tomber amoureux de ma petite cousine ?"
 
La colère 
C’est la phase ou elle le traite de tous les noms, lance une rumeur de micro pénis sur internet, troue les pneus de son scooter, raye sa voiture, et balance sa console depuis le 5ème étage.
 
La dévalorisation
Elle se sent comme une glaire abandonnée, comme un pingouin atteint de la grippe, comme une crotte de chameau séchée.
 
L’acceptation 
Finalement, le temps a fait son œuvre, et elle commence à comprendre que la vie ne s’arrête pas après une rupture et qu’il n’était peut être pas fait pour elle. Après tout, il votait Bayrou et se brossait les dents bizarrement.
 
La reconstruction 
Et voici la phase finale, celle ou la meuf devient une "whoooo girl" dans les bars pour célibataires. Son téléphone déborde de sextos de Gino, Pablo et Roberto, ses robes raccourcissent et ses cocktails rallongent.
 
Mais on sera toutes d’accord pour dire que la meuf qui s’est fait larguer, on préfère quand c’est la meuf de notre ex.
 
>Retrouvez La meuf qui sur son blog : lameufqui.fr

Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *