LA FILLE EN C = LA FIANCÉE

Hier, Paulette a rencontré Claire alias La Fiancée, une jeune chanteuse qui d’EP en EP a su nous emballer. En concert lundi 17 janvier, Paulette vous offre 2 places pour aller l’écouter !

Ravissante, fraîche et nature, cette "fille en C" (elle s’appelle Claire Cosnefroy) a pris son temps. Le temps d’écrire des chansons, de les sortir petit à petit sous forme d’EP numérotés (Un, Deux, Trois) et de nous emporter dans un univers folk ultra féminin. On avait adoré déjà sa grâce et ses douces ballades un brin 60’s comme La Veilleuse (Un) ou Soleil pâle (Deux). Le petit dernier, Trois, compile six reprises, soigneusement choisies : Ouverture de Daho, Tout ce qui nous sépare de Jil Caplan, le fabuleux Driving Away From Home d’It’s Immaterial, Bien avant de Benjamin Biolay, Une histoire de plage de Brigitte Bardot et Smockey Day des Zombies.

Rencontre dans un petit café du 8e arrondissement avec une fille nature et franche du collier.

Paulette : Je crois savoir que tu es styliste à côté de la chanson. Comment jongles-tu avec les deux ?
La Fiancée : En travaillant deux fois plus (rires) ! Non, j’ai de la chance d’avoir toute une équipe qui s’occupe de tout ça sinon je n’y arriverais pas ! La musique, ça a commencé par hasard il y a 4 ans. J’ai rencontré un garçon qui s’appelle Edgar Ficat qui lui était banquier la journée mais qui cherchait une chanteuse pour chanter sur ses compos. Puis on a créé un myspace jusqu’à ce que quelqu’un nous contacte, j’y suis allée le soir-même et ce n’était pas du tout une blague !

À quel moment est née La Fiancée ?
Au début je n’avais pas de nom, du coup il a fallu que j’en cherche un… Donc j’ai fait un jeu de mots sur mes initiales qui sont "CC" et ça a donné "la fille en C", qui devient La Fiancée ! C’est un joli nom qui me convient bien…

Tu as choisi de sortir tes chansons au fur et à mesure sur des EP (Extended Play, ndlr), un peu à la manière de nouvelles littéraires…
Comme des nouvelles effectivement, en fait j’aime bien cet exercice, ce mini défi de raconter une histoire en 3 minutes. Je n’étais pas sûre au début que ça puisse se faire car en général les artistes sortent un EP pour faire leurs preuves puis un album dans la foulée. J’ai eu la chance de rencontrer des gens qui y croyaient, notamment mon directeur artistique chez Polydor qui m’a lancée comme ça. Mais après l’EP Trois, je pense qu’on va directement passer à un album pour éviter l’effet "réchauffé". Durant les trois EP, ma voix a évolué mais j’ai envie d’aller de l’avant aussi. Je pense récupérer sur l’album deux chansons des deux premiers EP, les retravailler un petit peu…

Nathalie Sanchez

Sur l’EP Trois (sorti le 10 janvier), il n’y a en revanche que des reprises. Comment as-tu composé ta playlist ?

Quand j’avais en tête de faire quatre EP, j’avais déjà prévu d’en faire un avec des reprises. Déjà parce que cela me permettait de chanter en anglais – je n’écris pas en anglais et pourtant j’adore chanter en anglais -, et puis c’était aussi une façon de présenter mes influences… Chanter les chansons des autres c’est très agréable, c’est rassurant aussi car ce ne sont pas tes textes, il y a moins de pression.

D’ailleurs tes reprises ont été très bien accueillies par leurs auteurs….
J’ai eu des retours de Daho, que j’ai eu la grande chance de rencontrer, ça me faisait vachement flipper… Quand même, ça me foutrait un peu les boules que quelqu’un reprenne l’une de mes chansons comme ça ! Et en fait, il m’a dit que ça l’avait beaucoup touché… Jamais je n’aurais pensé qu’un jour Daho serait touché par mon travail ! Biolay, je n’ai pas eu de réponse encore, je sais qu’il a été très occupé avec sa tournée… Je sais que Jil Caplan a aimé… John Campbell n’y croyait pas qu’on aille déterrer Driving away from home, il était super content ! Je regrette juste que ça se soit fait au dernier moment et que l’on n’ait pas pu le faire en "vrai", c’est-à-dire que lui a enregistré les bandes chez lui et moi ici. On en a fait une version "route de nuit", c’est marrant après le dernier accord on entend le bruit d’une voiture qui passe alors qu’on enregistrait à la campagne, du coup on l’a gardé !

Et Bardot ?
Bah Bardot j’adore, quand j’étais étudiante j’étais aussi vendeuse dans la boutique Stella Cadente sur le canal Saint-Martin et le CD de musique de fond c’était Bardot. Du coup j’ai appris à l’aimer. C’est vrai que les chansons des années 60 sont vraiment chouettes, hyper sucrées, très mignonnes… 

Quel est l’album (à part le tien) que tu attends avec impatience en 2011 ?
Alors là ! J’attends beaucoup l’album de mon pote Séverin, avec qui j’ai déjà travaillé il y a deux ans sur un album-concept de 13 chansons composées pour 13 filles différentes. Quand j’étais petite, j’harcelais mon disquaire pour savoir quand sortait le dernier album de Pulp, This Is Hardcore, et je le faisais tellement chier que du coup il m’avait filé les posters pour que je les affiche dans ma chambre… Je dois encore les avoir dans ma chambre d’ado en Normandie.

Et concernant ton album, où en es-tu ?
A priori en septembre, mais je suis en train de l’écrire donc je ne sais pas encore ce que ça va donner, je suis encore en phase d’écriture. J’écris le plus souvent dans un café, j’arrive mieux à réfléchir quand il se passe des choses autour, par contre pour retravailler je préfère le faire chez moi. La plupart du temps, j’écris le texte, je l’envoie à l’un de mes compositeurs qui me le renvoie avec la musique et je le retravaille car ça ne tombe pas toujours pile poil. Pour le moment, je ne donne pas d’indications musicales mais j’aimerais bien me mettre à composer un petit peu. Ce qui est génial c’est que plus ça va, plus t’apprends à t’exprimer en musique ! J’ai de la chance aussi d’être sacrément bien entourée. Il y a Edgar Ficat dont je t’ai parlé, Florent Marchet, Édouard Marie et pour les prochains, je ne peux encore rien dire, mais j’aimerais en ajouter deux-trois autres.

Avec quel artiste rêverais-tu de te fiancer ?
(Du tac au tac) Georges Moustaki ! J’espère qu’il ne sera pas mort d’ici la publication de l’interview (c’était hier) ! Il est magnifique, il a une classe ! Quand tu les vois avec Barbara tu te dis Waouh !

Pour terminer, un petit conseil mode été 2011 pour Paulette ?
Attention à l’overdose de fleurs même si on ne va pas y couper ! Et le Bloomer ne va pas à tout le monde, ça il faut le savoir ! Et commencez le sport maintenant pour vous muscler les cuisses ! Voilà !

PAULETTE VOUS OFFRE 2 PLACES POUR LE SHOWCASE DE LA FIANCÉE

LUNDI 17 JANVIER – 19h30
La Cartonnerie – Paris
En partenariat avec UNE, la marque de maquillage naturel, vous repartirez avec un cadeau de la marque !

Les 2 premiers commentaires raflent la mise !

 

Le compte-rendu d’Emmanuelle, gagnante du concours :


 
Un petit carré court, une frange discrète, une robe noire, parfaite, et des babies à hauts talons : voilà la silhouette de Claire Cosnefroy, aux faux airs d’Anna Karina, qu’on connait mieux sous son nom de scène, la Fiancée.
 
Un brin de fille qui, en deux-trois coups de tambourins bien sonnés, venus appuyer sa voix douce et veloutée, a enchanté l’assemblée invitée à l’écouter lundi soir à la Cartonnerie.
 
Cette soirée était organisée par la marque UNE. Mais si, vous savez, la nouvelle marque qui veut bien maquiller, mais sans camoufler : champagne, bonbons, et ateliers maquillage pour une soirée en somme assez girly. Les filles étaient ravies, et les rares garçons devaient l’être tout autant d’être si bien entourés.
 
La Fiancée a égrené son chapelet de jolies ballades dont la recette n’a, c’est vrai, rien de bien nouveau : des ritournelles contemporaines à base d’amours perdus, et d’illusions abandonnées. Des mots parfois susurrés et murmurés ou soudain projetés très loin, car Claire a de la voix quand il faut et, le reste du temps, un soupçon de naïveté, une grande sensibilité, et beaucoup de mélancolie à partager.
 
Elle nous a raconté Une histoire de plage, reprise d’une chanson de Bardot, ou encore celle plus triste d’un Tigre Mercenaire. Elle a chanté le Soleil Pâle et l’histoire de la Femme à Gages. Elle nous a parlé d’un Smokey Day, peut-être pour nous montrer qu’elle sait aussi chanter en anglais. Elle a évoqué aussi ces moments difficiles, où en couple, on prend conscience de Tout ce qui nous sépare, ou bien on se dit que c’était mieux Bien Avant.
 
On a tout bien écouté et tout ce qu’on lui souhaite, nous, c’est un beau mariage d’amour avec la chanson française sur qui elle souffle un vent de romantisme bien appréciable.
 
 

LA FIANCÉE :: EP TROIS


PROCHAINS CONCERTS
5/02 – Avignon
8/02 – Paris                                          
17/03 – Strasbourg
1803 – Nantes    

Site officiel de La Fiancée

 
 


Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *