LA BLOGUEUSE MODE EST UNE PRINCESSE

"Conserver hors de portée des enfants. Ne pas vaporiser vers une flamme ou un corps incandescent. Utiliser seulement dans des endroits bien ventilés."

Ma saine lecture de base quand je suis sur la cuvette des W.C. : le mode d’emploi du désodorisant. Je le connais par cœur, mais je reste fasciné. Fasciné par ces petites molécules beaucoup trop intelligentes qui, en plus de savoir voler, savent reconnaître les mauvaises odeurs et les neutraliser. Sans que tu aies à bouger le petit doigt. Magique.

Oui, être blogueuse mode, c’est vendre du rêve.
Mais parfois, un magazine féminin croise ma route et je délaisse mes supers héros pour quelques pages de presse.

Janvier est un mois propice pour comprendre les femmes (ni plus, ni moins) à travers la plume de rédactrices spécialisées. On survole rapidement le traditionnel "mode d’emploi des soldes" qui se résume de toute façon à retenir le code secret de sa CB, on zappe le "comment, après les fêtes, perdre deux kilos de foie gras dans chaque cuisse sans prendre des médicaments pour soigner l’asthme des chevaux" et on atterrit rapidement sur les tendances pour l’année à venir. Les indispensables.

Je m’apprêtais à hurler "Y’a plus de papier !" quand un it-truc 2011 m’a crevé l’œil : le retour annoncé du jeans blanc. Immaculé.

Une nausée. Ensuite, une pensée  émue pour tous les artisans charcutiers et peintres en bâtiment de France. Sans oublier Victoria Beckham. Le visage orangé de Jim Carrey dans I Love You Phillip Morris surgit. Un communiant au visage angélique aussi.

Vinrent ensuite les vertiges provoqués par ce cocktail détonnant des si belles valeurs (vertu, joie, pureté, justice, humilité, sacré, virginité, sérénité, paix…) véhiculées par ce blanc intemporel. Ça plus la senteur "eau fraîche" (depuis quand ça sent, l’eau ?) du désodorisant, ça faisait beaucoup pour un seul homme.

Je frôle la syncope quand "Euréka !" les journalistes se seraient-elles enfin réconciliées avec les blogueuses mode ?
Démonstration : j’adore lire les rubriques "je vide mon sac" sur les blogs mode. Ce petit côté intimiste, ce partage désintéressé. Presqu’une franche tranche de camaraderie.

Un ou deux portables, un porte-monnaie, un trousseau de clefs, des lunettes solaires en toute saison, le contenu varie peu. On ajoute à cela un petit carnet revêtu de cuir, un appareil photo compact et quelques pastilles à la menthe. La blogueuse mode est une princesse. Pas le moindre ticket de caisse chiffonné, pas de barre chocolatée à moitié fondue ni de lingette démaquillante abandonnée. Un petit miroir, le minimum vital de maquillage et un vernis à ongles. Au pire, un paquet de mouchoirs en papier pour la petite touche d’humanité. Une princesse qui prend soin d’elle.

Mais, ne manquerait-il pas un petit quelque chose ?
Le jean blanc n’a forcément pu être ressorti de l’oubli que pour elle, la blogueuse mode. Tu n’as jamais remarqué ? Il y a un truc qui différencie la blogueuse mode des autres femmes : tu as déjà vu un tampon toi dans un sac de blogueuse mode ?

La blogueuse mode est une princesse, cqfd.
(Ou un ange)

Retrouvez Thomas sur son blog hilarant : http://www.lablogueusemode.be/

 

Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

NOUVEAUX.LLES LEADERS N°48

CONNECT & FOLLOW