LA BIENNALE DE DANSE DU VAL DE MARNE PASSE AU DIGITAL

La Biennale de danse s'adapte à la situation sanitaire. De quoi ravir les amateurs de cet art pluriel de toute la France !

Biennale de danse du Val-de-Marne 2021

Particulièrement impactée par la pandémie, l’industrie de la culture a dû s’adapter. La Biennale de danse du Val de Marne profite de l’occasion pour passer au digital. On vous présente le rendez-vous culture du mois de mars, accessible à tou·te·s.

5 séances à ne pas manquer

Alors que les salles de spectacles restent fermées, la Biennale propose des shows à distance. Le festival organisé par La Briqueterie programme en effet des séances de visionnage de ses spectacles phares. Les représentations passent donc au format vidéo, et seront mises en ligne à 20h30 tous les mercredis du mois de mars. 

Les festivités débutent avec une représentation du Gran Bolero du chorégraphe madrilène Jesús Rubio Gamo. Une interprétation de l’oeuvre de Maurice Ravel à retrouver le 3 mars. La semaine suivante, on découvre un documentaire sur Graces, de l’italienne Silvia Gribaudi. Celle-ci interroge avec humour le culte du corps, accompagnée de trois danseurs représentant les trois grâces, filles de Zeus.

Changement de format le 17 mars, avec une projection de Vidéo-Danse. Un ensemble de créations qui cherche à définir les espaces propices à l’expression artistique, fort à propos quand la fermeture des salles semble s’éterniser. 

Le 24 mars, Seydou Boro réalisera une performance titrée KOTÉBA. Cet artiste aux multiples facettes s’inspire d’un rite, le Bôugô pour chercher des façons de « dire l’indicible ». Et pour finir en beauté, un documentaire sur le chorégraphe Christos Papadopoulos sera diffusé le 31 mars.

Biennale x Seydou Boro
KOTÉBA par Seydou Boro

Des ateliers pour faire partie de la troupe

Et pour celles et ceux qui ont la bougeotte, des ateliers sont organisés tous les jeudis soirs à 19 heures. On retrouve les chorégraphes du 4 mars au 1er avril dans une série d’ateliers en anglais et en français. Chacun·e aura alors l’occasion d’interagir avec le public et de le faire danser ! 

Le 4 mars, Christos Papadopoulos et Georgios Kotsifakis présenteront leur univers hypnotique, qui se concentre sur la fragilité des connections humaines. Puis David Drouard et Mika Florestan proposeront une immersion dans leur univers énergique et urbain le 11 mars. 

Biennale x Christos Papadopoulos
ION de Christos Papadopoulos

Le 18 mars, Christian Ubl partagera son univers teinté de carnavals et de fêtes, pour un instant de liberté. Toujours dans un esprit vivant, Meytal Blanaru pratique une danse inspirée de méthodes somatiques. Un atelier pour aider à prendre conscience de son corps donc, à retrouver le 25 mars.

Enfin, après la diffusion de son Gran Boléro, on retrouve Jesús Rubio Gamo qui développe son univers très physique dans un atelier en anglais. Et pour clôturer cette Biennale, une émission de radio est prévue le dimanche 4 avril à 19 heures. De quoi nous donner envie de danser ! 

Biennale x Jesus Rubio Gamo
Le "Gran Bolero" de Jesús Rubio Gamo 

Les informations et inscriptions sont à retrouver sur le site de La Briqueterie

Un article de Shad De Bary

Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *