KINGIES, LE LUXE DÉTOURNÉ

Parce que la mode est aux mythes parodiés, des grandes enseignes de luxe moquées aux politiques affublés d’une moustache en passant par les acronymes universels revisités, Kingies s’est attaqué aux figures emblématiques d’hier et d’aujourd’hui pour une seconde vie… 100% décomplexée.

 
Un objectif, insuffler un parfum de liberté pop et provoc’ dans des institutions statiques, peu enclines à revenir d’elles-mêmes à l’ambiance délatrice narquoise des cours de récré. Un clin d’œil à la tendance punk qui révolutionne la fin de notre été ? Un symbole en tous les cas rafraîchissant, respirant le fun et le jeu, d’une culture bousculée, ne devant surtout pas… se prendre au sérieux.
 
 
La papesse Chanel, restituée dans sa pose légendaire, troque ainsi sa cigarette contre une bulle de chewing-gum malabar XXL. Queen Elizabeth II se la joue tantôt gangsta, voyant sa couronne protocolaire revêtir l’apparence relax d’une casquette ricaine, tantôt BFF d’un Mickey l’entraînant dans une partie de colin-maillard endiablée, tantôt Marilyn des temps modernes, des Wayfarer sur le nez. Charlie Chaplin découvre les smartphones avec ferveur, se métamorphosant en véritable trublion geek, et la société de consommation (Hermes, Louboutin) en prend pour son grade, dans un souci warholien d’absurdité des grandes marques déposées.
 
 
Girl power, smile et rébellion gentillette, les T-shirts Kingies, made in France et 100% coton, nous font l’effet de fashion bonbons. Beaux et piquants à la fois.
 
Alors, prêtes à sombrer du côté obscur de la mode caustique et esthétique ?
 
Prix : 35 euros (homme, femme, enfants)
 
Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *