KIM CHAPIRON, LA CRÈME DE LA CRÈME MUSICALE

Dans son film, La Crème de la Crème, Kim Chapiron a choisi de séduire son public grâce au spectre de la musique. À écouter au cinéma dès aujourd’hui !

Paulette : Pourquoi avoir mis un point d’honneur à mettre ton film La crème de la crème en musique ?
J’aime bien cultiver une identité musicale forte dans mes films. Dans La Crème de la Crème, ma première envie a été de parler des personnages à travers la musique. Pour moi, la musique électronique est le meilleur moyen de raconter la génération Y. J’ai choisi de commencer le film avec le son “Genesis” de Justice et la présence de Gaspard et Xavier en bonus. D’autres sons caractérisent cette jeunesse dans le film comme “Time to Dance” remixé par Sebastian ou encore “Les Huitres” de Mai Lan, ma petite soeur. On a filmé plusieurs soirées étudiantes donc j’ai pu m’éclater en musique électronique.
Quelles ont été tes inspirations pour la musique du film ?
Pendant ce film, j’ai écouté beaucoup de chansons françaises. Je voulais placer le personnage de Dan totalement à part. C’est lui qui a l’idée de transposer les calculs théoriques aux relations humaines. C’est un Nerd qui adore écouter les chansons de son père comme “Ecoute moi camarade” de Rachid Taha, les “Les gentils, les méchants” de Michel Fugain, “A Quoi Je Rève” de Michel Berger…
La conclusion du film est mise en musique par le track “L’amour et la violence” remixé par Boys Noize qui traduit parfaitement le mélange de musique française et électronique du film.

Pourquoi avoir fait appel à la crème de la crème justement de la « french touch », avec la présence de Justice, Brodinski, et même Mouloud Achour ?
Parce que ce sont mes potes et parce que j’adore leur musique. Ils sont les ambassadeurs de la génération Y. Ça me faisait marrer de les emmener dans mon monde, sur un plateau de cinéma.

“Cette génération est caractérisée par une hyper connexion musicale.”

En quoi la musique prend sens avec l’histoire racontée dans cette école de commerce?
Cette génération est caractérisée par une hyper connexion musicale. Dans ce film, je voulais aussi dévoiler le monde des nuits étudiantes. Et, c’était logique que la musique y tienne une place très importante.
 
Quel rapport as-tu avec la musique électro? Comment es-tu arrivé à écouter ce genre de sons?
Ayant grandi dans les années 80’, j’ai beaucoup plus baigné dans le rap, le funk, le reggae, la jungle… J’ai découvert la musique électronique sur les chars des premières gay prides et techno parades à Paris. J’ai continué à découvrir ces sons dans les rave et free party et j’ai tout de suite adoré. Aujourd’hui, j’écoute de la techno un peu plus hard comme Alan Fitzpatrick ou Len Faki.
Qu’est-ce que tu écoutes en ce moment justement ?
J’aime des choses très différentes. En ce moment, j’écoute beaucoup John Lewis, un pianiste qui traduit le répertoire de Bach de façon jazzy. J’aime bien aussi Ravid Kahalani du groupe Yemen Blues, Pierre Vassiliu qui est dans la playlist de Dan justement et Kickback, un groupe de hardcore. J’écoute aussi en boucle le dernier album de Jackson & His Computer Band.

 
Toi qui est sensible à l’influence américaine, comment perçois-tu leurs talents musicaux par rapport à ceux de la France?
Je pense que l’on a rien à leur envier. Ce film est une affirmation de l’arrogance, de la nonchalance et de l’élégance française. Toute la bande son est française. J’ai l’impression de ressentir un détachement de la France face à l’impérialisme culturelle américain et ça fait du bien. Avec La Crème de la Crème, je suis fière de brandir le drapeau tricolore.
La pire musique que tu connaisses, qui te fait dresser les poils de la tête, c’est quoi?
Aucune. J’aime bien les musiques qui agressent en fait.

Et la chanson qui te donne un coup de boost ?
“Fais-moi jouir” de Patrick Coutin. Tellement la banane quand tu écoutes ça.

Un petit mot aux Paulette ?
“Ne rame pas dans le sens du courant où tu vas faire rire les crocodiles.”

La Crème de la Crème, au cinéma le 2 avril.
Bande annonce
Bande originale à trouver ici
Retrouvez l’interview du comédien Jean-Baptiste Lafarge dans le numéro #13 de Paulette Magazine.
Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *