KARAOKÉ PAULETTE : CLÉA VINCENT



Découverte lors d’un concert à l’International à Paris en première partie de Guillaume Fédou, Paulette a littéralement craqué sur cette jeune chanteuse, mi-souris mi-panda qui nous interprète sa chanson-phare, Happée Coulée.

Depuis toute petite, Cléa écoute passionnément la musique. De par le goût des ses parents, elle est bercée essentiellement par du jazz (avec une préférence pour Thelonious Monk, Bill Evans et Michel Petrucciani) et de la chanson française (Julien Clerc, Alain Souchon, Dick Annegarn, Claude Nougaro, Renaud etc.). Elle commence à 5 ans le piano au conservatoire classique de Bourg-la-Reine avec un professeur très sévère qui s’appelle Françoise Flahaut. Plus tard elle l’en remerciera de tout cœur. Elle chante aussi dans une chorale qui à l’époque venait en complément de la formation.

À 11 ans, un déménagement bouleverse son apprentissage de la musique puisqu’elle ne retrouve pas d’aussi bon prof que Françoise. Elle décide à 15 ans d’arrêter le conservatoire et entre à l’école ARPEJ où elle commence à étudier le jazz.  Elle ne lâchera plus jamais cette école.

À 20 ans, elle sort un carnet de son sac et assis sur un strapontin du métro elle se met à écrire. Très vite, elle se filme au piano en train de chanter ses textes. Meilleur moyen de les enregistrer à l’époque. Plus tard, elle montre ça à son petit copain Alex, clavier du groupe The Yolks qui l’encourage vivement à aller les jouer en scène ouverte.

À 23 ans c’est donc au POPIN, qui deviendra sa deuxième maison, qu’elle monte sur scène pour la première fois. Elle est repérée tout de suite par KIM et Guillaume Léglise, deux artistes qui dirige alors la scène ouverte du dimanche. Plus tard elle collaborera avec eux sur des compositions. Elle rencontre aussi Fabien Fabre qui lui propose de faire sa première partie un mois plus tard au Popin.

Depuis, elle rebondit de salle parisienne en salle parisienne (Chez Justine, au Motel, aux Disquaires, à la Loge à l’International, aux Combustibles, à la Faille, au Magique, à Flateurville… et commence tout juste à s’exporter vers la province…

Tourné chez elle, dans une maison russe reconstituée en plein XVIe arrondissent lors de l’expo universelle de 1867, ce karaoké trombinoscope va vous enchanter ! À vos micros !

Retrouvez Cléa sur Myspace : http://www.myspace.com/cleavincent
 
 

Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *