KARAOKÉ : GUILLAUME FÉDOU

Photo, Arthur Castillon

Guillaume Fédou, notre chanteur doux rêveur, inaugure le premier Karaoké Paulette. Le principe ? Une session live filmée oui, mais avec les paroles s’il vous plaît !
C’est après un concert à l’International à Paris que Paulette a décidé de mettre le grappin sur Guillaume. Ce "pur produit du Sud-ouest" (il est né à Albi), qui a passé un bac D (mention AB) à Vienne avant de s’installer à Paris, nous ravit avec son album Action ou Vérité qui réactive l’atmosphère de nos premières boums. Copain d’Arnaud Fleurent-Didier avec qui il a enregistré ses premiers morceaux sur le label French Touche, ce "nihiliste gai" aime s’acoquiner de fausses notes – "le mieux est l’ennemi du bien". Et quand il s’est agi de chanter en live dans un taxiphone, là encore, il n’a pas manqué d’humour en proposant sa chanson Il n’y a que toi. 
 
 
ACTION !                             Et maintenant, place au Karaoké Paulette




VÉRITÉ !

DOUX RÊVEUR. "Je viens d’une planète en voie d’extinction appelée XXème siècle. Un endroit où l’on pouvait encore se balader les mains dans les poches sans penser aux thunes ni aux appels en absence. Les gens de gauche se battaient contre les salauds de la droite, un rideau de fer coupait le monde en deux. USA/USSR, match truqué. Ici, on jugeait d’un mauvais oeil la réussite individuelle. Il y avait des flippers et des baby-foot dans des cafés où l’on pouvait tenir des heures avec une pièce de 10 francs. Les messages passaient sous les tables du lycée, poèmes pour les filles, chansons pour les garçons. Il fallait attendre son tour pour téléphoner, à la maison ou à l’entrée des cabines. On se postait des lettres et des cartes postales atroces au lieu de partager des vidéos sur nos walls." 

JUKEBOX. "C’est auprès des scouts protestants que j’ai commencé à chanter, contraint et forcé. Hughes Aufray, Gall & Berger, Goldman, Balavoine, Axel Bauer, Higelin et bien sûr Thiéfaine étaient nos chanteurs préférés. Ensuite j’ai été foudroyé par Changes de Bowie, puis par l’intro à la batterie d’In Between Days de Cure. Le film Subway m’a énormément marqué, car il parle d’un groupe monté par un type qui a perdu ses cordes vocales dans un accident de voiture. Période gothique ensuite, Dead Can Dance, Cocteau Twins, In The Nursery, Sisters of Mercy (avec leur boîte à rythme appelée Doctor Avalanche)… Autre film important, Pump Up The Volume, dont la BO offrait du Leonard Cohen (Everybody Knows), des Pixies (Wave of Mutilation en version lente), du Sonic Youth ("Dirty Boots") et même du rap avec Above the Law (Freedom of Speech). S’ensuit une passion pour De la Soul, bientôt suivi par A Tribe Called Quest, The Pharcyde etc… Puis Motorbass et les Daft sont arrivés et je suis redevenu Français."

GARÇON MODERNE. "C’est parce que je ne suis pas "moderne" du tout que j’aspire à le devenir. Que faire ? Quelles fringues porter ? Quelle attitude avoir ? Comment faire partie du voyage ? Quels rêves abandonner ? Quels nouveaux fantasmes avoir ? J’ai écrit cette chanson il y a très longtemps et c’est drôle de la voir ressortir en 2010. J’ai dû la commencer en 1999, à la fac ! Selon Baudrillard, dont l’article dans l’Encyclopédie Universalis fait référence, "la Modernité est la morale canonique du changement". On change ? Vite, on nomme ! C’est un réflexe de survie dans un monde secoué par les crises. La modernité maquille les dégâts du changement, en ça elle est très politique. La mode est comme ça : on prend, on jette. Puis on recycle. Et l’on devient post-moderne. Mais le meilleur moyen de combattre "la" Modernité, qui couvre aussi bien les exploits de John Galliano que les essais nucléaires en eaux profondes, c’est de justement la confronter à sa propre existence. Depuis combien de temps cette idée existe t-elle ? Est-elle moderne ?"

KARAOKÉ. "Excellent souvenir ! J’ai tout de suite aimé l’idée de faire ça rue de la Fidélité. Parce que la deuxième moitié du disque, Vérité, parle beaucoup de ça, des tentations qui guettent l’amour fou. La chance sourit aux audacieux et sans tentations la fidélité n’est qu’une valeur canine. Il faut mettre son amour à l’épreuve des villes, des autres, des nuits, pour qu’il grandisse et donc survive. C’est une sorte de darwinisme sentimental. Au début, on est seul à deux face au reste du monde, puis ça prend l’eau, le réel (même si je n’aime pas ce terme maurrassien) revient et alors il faut être encore plus fort face au quotidien. Mais l’amour qui en ressort est le plus beau, oserai-je, le plus divin de tous même si à l’évidence plus personne n’est en mission aujourd’hui. Aimer, c’est aussi se battre. Bref, très honoré d’essuyer les plâtres du karaoké Paulette, c’est le prénom de ma grand-mère, la Moum, si tu nous regardes !"

 

ALBUM
Action ou vérité :: JIA 

CONCERTS
Chez Justine tous les jeudis (Paris 11e)
Au Baron le 7/12
(Si vous êtes tourneur, Guillaume est preneur)

MYSPACE

Dimanche prochain, vous retrouverez un nouveau karaoké. Amis musicos, n’hésitez à nous contacter si vous souhaitez participer !

 

Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *