JUNIORE PRESENTE SES FILMS D’HORREUR PREFERES

 

Difficile d’imaginer ces trois drôles de dames devant un film d’horreur quand on les voit débarquer sur scène avec leur tenue sage et leur col Claudine blanc. Ce serait faire fausse route ! Ce groupe de filles, plus « badass » qu’il n’y paraît, manient l’art du contre-pied pour nous emmener là où on ne s’y attend pas. Juniore a un côté « goth ». Parmi leurs pulsions intimes, se transformer en zombies dans un monde post-apocalyptique ou pratiquer la magie noire comme Mercredi Addams, leur idole adolescente.

Il suffit de lire entre les lignes de leurs chansons superstitieuses pour comprendre cette étrange obsession pour le cinéma d’épouvante. Avec une préférence pour les films loufoques qui traitent de sujets graves et un attrait certain pour le sanguinolent. Juniore nous éclaire aujourd’hui sur cette noirceur et ce piquant qui traverse les chansons de son premier album, Ouh là là. On n’est pas loin du cri d’effroi finalement !

John Carpenter, Halloween, la nuit des masques  (1978)

Parce que c’est notre adolescence imaginaire. Qu’on ne se lasse pas de voir et revoir le premier film pour teenagers (attardés). Parce que le masque de Mike Myers nous hante encore. Que Jamie Lee Curtis hurle et court avec tellement de style sur une musique merveilleuse dans un décor de banlieue à l’automne. L’America telle qu’on la fantasme encore aujourd’hui. 

William Friedkin, L’Exorciste (1974)

Parce que c’est la première fois qu’on a eu vraiment peur, qu’on n’en a pas dormi pendant des semaines, des mois, des années, des décennies. Impossible depuis de le regarder en entier.

 

Tobe Hooper, Poltergeist (1982)

Parce que l’histoire est aussi improbable que terrifiante : un jour, nos écrans nous avaleront.

Roman Polanski, Répulsion (1965)

Parce qu’on est sous le charme de Catherine Deneuve, sa finesse, sa beauté glaciale. Et pour le plongeon vertigineux dans la folie progressive de cette jeune femme fragile qui deviendra à son tour prédatrice. 

Edgar Wright, Shaun Of The Dead (2004)

Parce que c’est infiniment drôle et qu’on y croit, à cette fin du monde dont on se défendra à coup de vinyles.

JUNIORE :: Ouh Là Là (Le Phonographe/Sony/A+LSO)

Déjà disponible

Facebook 

Twitter

Instagram 

En concert le 22 avril au Printemps de Bourges et le 13 juin à la Maroquinerie (Paris)

 
Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.