JUNE ET JIM, LE DUO D’UN PAYSAGE NOUVEAU


Photos de Jean-Daniel Botta

Derrière un pseudo anglophone au liant Frenchie, tiraillant délicatement entre la Manche et l’Atlantique, se dessinent les traces d’un léger pot-au-feu musical. La France vaporeuse de Marion Cousin, l’Espagne cadencée de Borja Flames, un heureux rendez-vous barcelonais de 2006 mêlant des sonorités d’amalgame ancestral à une approche atypique, marginale, inédite.

 
L’émergence d’une contrée entre folklore, cantate, tradition, mythe et liaison avant-gardiste, entre Afrique, péninsule ibérique, Amérique Latine, et frontières baissées du monde entier. D’ailleurs et d’ici, d’avant et de maintenant, au cœur d’un néo pays où l’on tend l’oreille à des incantations murmurées, au tempo jamais occulté, comme une matière opaque aux sensibilités démultipliées, c’est Noche Primera, tout juste dans les bacs, second opus de June et Jim, promus coqueluches de la musique OVNI. Les aficionados d’horizons nouveaux leur diront merci.
 
Paulette : Où puisez-vous l’essence exotico-atypique de vos chansons ?
Borja : De la nécessité de créer des chansons qui ne nous rappellent pas des choses déjà entendues. C’est pourquoi nous nous sommes éloignés de la musique d’inspiration anglo-saxonne, qui nourrit la plupart des musiques actuelles. 
Marion : Pendant l’écriture de cet album, nous écoutions beaucoup de musiques du monde, mais pas de la world music produite en studio avec une intention commerciale et selon les canons de la variété, plutôt des field recordings, enregistrés par des ethnomusicologues, et des musiques folkloriques d’Amérique latine, d’Afrique, d’Orient, d’Europe.

Globe-trotteurs ou voyageurs intérieurs ?
Marion : Les deux à la fois, bien que nos voyages par le monde ne se fassent encore que par la médiation des images et des sons captés par les autres (notamment par notre ami Vincent Moon et ses Petites Planètes). Mais l’exploration du monde et de la pensée intime sont souvent étroitement liées dans nos chansons, notre perception du dehors reflétant souvent nos sensations intérieures.

Un instrument de musique que vous aimeriez réhabiliter ?
Borja : Il n’y en a pas un seul en particulier : nous aimons intégrer des instruments aux sonorités étranges et belles qu’on trouve dans les musiques folkloriques du monde entier. Balafon, bendir, agogo, charango, quenas, kalimba…

« Nous fuyons les magasins, la plupart du temps source d’angoisses, sonores notamment »

Mini frange et red lipstick, moustache anglaise et chemise, je suis sure que vous devez avoir quelques adresses rétro à nous conseiller ?
Marion : A vrai dire, pas vraiment, une ou deux friperies bon marché peut-être. Nous aimons les objets anciens, livres, disques, meubles, vêtements. Mais le mot vintage donne un prix absurde à ces belles choses, qui devraient s’offrir et non se vendre. Et puis nous fuyons les magasins, la plupart du temps source d’angoisses, sonores notamment. Restent les vide-greniers…

Si vous deviez définir votre univers musical en trois mots ?
Borja : Envoûtement sans artifice.

Un beau souvenir de concert à nous raconter ?
Borja : Le jour où, jouant nos chansons sous un arbre – ce n’était pas un concert – nous avons ensorcelé une vingtaine d’enfants qui se promenaient dans un parc parisien.

Plutôt « fiers [ou] calmes » ? 
Marion : Dans la chanson, fiers et calmes sont les animaux qui observent des humains urbains un peu craintifs, à force d’avoir perdu le sens de la nature. Nous aimerions être fiers et calmes comme ces animaux.

Que reste-t-il sur la bucketlist de June et Jim ?
Borja : Nous allons vivre éternellement, donc nous n’avons pas d’inquiétude avec ça.

Une dédicace à Paulette ?
Marion : C’est un joli prénom, celui de ma grand-tante, celui d’une génération de femmes qui n’a pas eu la vie facile. Et pourtant des prénoms aux sonorités si légères : Paulette, Ginette, Pierrette, Colette…

 
JUNE ET JIM :: NOCHE PRIMERA
Sortie le 26 août 2013

 
Concerts :
14 et 15/12 : Le Maquis, Vareilles
Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *