JEUNE FEMME, DE LEONOR SERRAILLE, ENTRE TENDRESSE ET FANTAISIE

C’est dans la catégorie Un certain regard qu’a été projeté Jeune Femme, le film de Léonor Serraille ce 23 mai au Festival de Cannes.

Sur l’estrade, quelques minutes avant la projection, l’équipe, très émue, est là pour présenter ce film « fait avec pas beaucoup d’argent ». « Devant et derrière la caméra, on a beaucoup de jeunes femmes, de jeunes cheffes et nous sommes ravies. » explique la Productrice, prenant le temps de bien, et ce n’est pas anecdotique, de bien épeler le mot cheffes. Et c’est au tour de la Réalisatrice de prendre le micro est d’expliquer que « Si aujourd’hui cela est encore surprenant, j’aimerais que bientôt cela devienne normal. Qu’on trouve logique que les femmes soient aussi présentes que les hommes dans le monde du cinéma et aient les même responsabilités. » Un discours résolument engagé, à l’image du film.

Paula, 31 ans -même si elle aime dire qu’elle en a 29- a vécu pendant 10 au Mexique, en couple avec Joachim. Parce qu’il souhaitait rentrer à Paris, Paula suit Joachim mais se fait larguer quelques jours après leur retour à la capitale. A Paris, sans mec, sans boulot, sans logement et sans argent et dans une ville qu’elle déteste profondément, Paula va devoir (ré)apprendre à vivre seule. 
Un film coup de poing sur les aléas de la vie, ses difficultés comme ses petits bonheurs, magnifiquement porté à l’écran par la flamboyante Laëtitia Dosch. 

Premier film de Leonor Serraille, on espère que Jeune Femme sera le premier d’une longue lignée dédiée à cette génération de combattantes ! 

Sortie en septembre 2017. 
Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

NOUVEAUX.LLES LEADERS N°48

CONNECT & FOLLOW