J’AI TESTÉ : POP IN THE CITY, LE RAID URBAIN FÉMININ

Quand on a rencontré pour la première fois Sophie, Marie et Clémentine, elles nous ont présenté leur projet un peu fou, Pop In The City, à savoir l’organisation pour la première fois en Europe d’une course urbaine 100% féminine et accessible à tous. Emballées par leur niaque et leur ambition, Paulette n’a pas hésité une seconde à être partenaire de l’événement. Mieux, quand elle a appris que le projet se concrétisait et que la première édition de Pop In the City aurait  lieu les 14 et 15 septembre 2012 au Portugal, elle a tout de suite reservé ses billets d’avion (merci Transavia !) avec son accolyte Ginette. Et oui, c’est le grand retour des aventures de Paulette et Ginette !

Aujourd’hui, on ne regrette pas du tout et on ne peut être que fières d’avoir fait partie d’une telle aventure. On le dit haut et fort, bravo les filles, Pop In The City ça déchire !

Pour participer à Pop In The City, tout commence en s’inscrivant sur le site. Une fois le formulaire rempli, on vous envoie toutes les indications nécessaires afin d’être parées pour le raid. On nous a notamment demandé de toutes venir avec un tee-shirt orange. Résulat, ce week-end, dans les rues de Porto, nous étions 135 binômes -soit 270 filles- à déambuler cheveux au vent et jambes à l’air dans une tenue clémentine. Un vrai bonheur pour les Portugais, et pour nous, également, qui pouvions ainsi mieux traquer les concurrentes… gnark gnark gnark !

Tout a commencé samedi matin, à 7h30, au Palacio de Cristal. Sur place, les poppeuses au complet, attendant impatiemment les consignes.  Là, nous attendaient les organisatrices qui nous ont expliqué clairement les règles.

Le principe de Pop In The City est simple ! il faut valider un maximum de challenges dans chacune des grandes catégories d’épreuves que sont le Sport, la Culture, l’Art, la Solidarité et Extrème. Pour réussir ces challenges, on doit s’aider d’une feuille de route distribuée au début de la course sur laquelle sont écrits des énigmes et des indices. Bien sûr, un temps est imparti ce qui signifie que, plus on se déplace rapidement, plus on a de chances de gagner.

Heureusement, tous les moyens de transport sont permis. En ce qui nous concerne, on a bien essayé de courir un peu mais, étant donné que la ville est en pente et qu’un point de côté est si vite arrivé, on a préféré opter pour le stop, le bus et le métro ! Une stratégie qui s’est révélée payante…

8h30 : Des jeunes Portugaises d’une école de danse de la ville viennent nous faire un petit échauffement histoire que personne ne débute le raid avec des crampes ou une cheville foulée et, 30 minutes plus tard, le top départ est donné. Notre premier défi : courrir dans le parc du Palacio Cristal et trouvé une feuille cachée derrière un arbre (voir la photo ci dessus).
Avec Paulette on part à toute berzingue et on réussit à récolter tout ce qu’il y a de demandé sur la feuille (vous remarquerez que le défi : « faire une photo folle avec deux autres équipes » est très bien réalisé !). On nous remet le sésame, soit la feuille de route qui nous indique le premier lieu où l’on doit se rendre, et c’est parti pour 7h de raid !

Heureusement ou malheureusement pour nous, on tombe directement sur la catégorie « Extrème ». Le défi : plonger son bras dans une poubelle remplie d’eau et ramener la pierre qui est au fond de ladite poubelle. Problème, dans l’eau se trouvent des sardines et des poulpes morts… Il faut donc prendre sur soi et oublier à la fois l’odeur nauséabonde et la visquosité des petits animaux ! Si le défi est brillament relevé, notre sex appeal, lui, en a pris un sacré coup… Oui, on pue !

Pour le deuxième défi, catégorie « Art », on doit résoudre une énigme qui nous promène dans la ville de Gaia, qui se trouve juste en face de Porto, de l’autre côté du Douro. On doit tour à tour trouver un tableau dans une église puis des feuilles de papier dans une petite boutique. On découvre que ces feuilles, qui représentent des azulejos (mosaïques) pixelisés serviront en fait à réaliser une fresque géante de type Pixelejo. Pinceau, colle, on marroufle !

Challenge numéro 3, après avoir résolu plusieurs énigmes plus ou moins simples on s’est retrouvés sur une épreuve « Sport’, j’ai nommé l’aviron ! Bon, ce moment restera mythique. Sur place, les équipes de la boisson à l’eau de coco Vaivai s’en souviennent encore. Venus pour raffraichir les participantes de passage à ce challenge, ils ont eu le droit à une démonstration en bon et dû forme de ce que l’on sait faire de mieux : tester à notre manière un sport inconnu. Pas à l’aise pour un sou -on pouvait quand même tomber à tout moment dans le Douro- et en manque certain de muscles dans les bras, on a essayé tant bien que mal de pagayer sans trop réussir il faut bien le dire. L’épreuve a duré 40 minutes (on devait faire un aller-retour jusqu’au pont), le temps pour nous de  faire bronzette acquérir toutes les bases nécessaires en vue d’une prochaine pratique de l’aviron.

Alors que nous sentions toujours royalement le poisson, nous avons réussi l’exploit de nous faire transporter en voiture à l’épreuve suivante « Culture ».

Au programme, visite d’une cave de Porto (nommée Taylor’s) avec dégustation à l’aveugle de différents Porto (notre épreuve préférée, ça va sans dire), tests d’équilibre avec une jarre de Porto sur la tête, et exercice de mathématiques pour calculer la contenance d’un tonneau. 

Ravigorées par ces victoires successives, on s’est rendues à Porto en courant (une fois n’est pas coutume). On a donc traversé le pont en direction de notre cinquième challenge.

Sur place on a découvert l’épreuve « Solidarité ». On devait réussir à vendre aux habitants 10 petites bouteilles d’eau pour le prix total de 15 euros, qui serviraient à une association pour les sans domiciles fixe. Ni une ni deux, on s’est transformées en VRP de la Contrex à baragouiner dans un spenglish approximatif… Le soleil tapait très fort et on pense que la température a joué en notre faveur, n’empêche que les Portugais ont été très généreux sur le coup ! A la fin de la journée, ce sont 1500 euros qui ont été reversés à Amigos da Rua.

Notre 6ème challenge consistait à cuisiner une « Francesinha », une spécialité culinaire de la ville, ça tombe bien, on commençait à avoir faim ! Après avoir du trouver tous les ingrédients pour cuisiner le plat, on s’est rendues dans la cuisine d’un café et on a préparé nous même notre « toast au fromage et à la viande ». Ce que vous voyez dessus, c’est une sauce au Porto et à la bière…

Ce qui est génial dans Pop In The City c’est que l’on fait les épreuves à son rythme. Ceux qui veulent gagner ne s’arrêtent pas une minute et courent d’épreuves en épreuves et, les autres, qui sont plus relax, peuvent profiter du paysage et faire un peu de tourisme. Les façades des immeubles étant très jolies, avec leur mosaïque, de notre côté, on n’en a pas perdu une miette !
Par contre, hors de question de se ballader sans plan, et oui, à Pop In The City pas de smartphone pour vous repérer ou vous aider, leur utilisation est interdite !

Notre 7ème et dernier défi a été le plus inspirant. Dans l’Atelier du designer Paulo Lobo, nous avons du peindre un tuyau en bleu afin qu’il fasse partie d’une structure artistique. Comme nous étions dans les dernières participantes de ce challenge nous avons eu la chance de voir le résultat et c’était très poétique. 

L’arrivée de la course s’effectuait avant 16h au drapeau Pop In The City, sur les quais de la ville. Vous avez en tête les candidats de Pékin Express qui se tapent un sprint juste avant la dernière ligne droite ? Et bien nous pareil, dès qu’on a vu le drapeau, on s’est mises à courir ! Ne nous demandez pas pourquoi… Transpirantes et épuisées, on a remis nos balises aux organisatrices avec notre feuille de route avant de recueillir les impressions des autres participantes.

Sur le chemin du retour, on a relâché la pression et on s’est autocongratulées à la manière des grands sportifs. L’expression « Le sport, vecteur d’émotion » n’a jamais été aussi vérifiée. Cette sensation d’avoir repoussé nos limites et le fait de ne pas être arrivées dernières nous a tout simplement rendues euphoriques ! Après délibération, il s’avère que nous sommes arrivées en 27ème position (sur 135). Un score très honorable pour une première fois et pour une équipe pour qui le sport est loin d’être le domaine de prédilection ! La preuve que Pop In The City est accessible à tous : un peu de jugeotte, une dose de culot, de l’organisation et un esprit d’équipe et le tour est joué !

Le soir, après un Flashmob dans la gare San Bento et un tour de la ville en bus décapotable, direction la plage de Porto pour un apéritif dinatoire et une soirée bien arrosée ! Après l’effort le réconfort ! L’occasion surtout de rencontrer les autres équipes et les 80 bénévoles qui nous ont encadrées sur le parcours.  L’occasion aussi de remettre les prix aux 3 meilleures équipes. Bravo donc à l’équipe gagnante, l’équipe 22, qui a réussi l’exploit de valider 11 challenges en 7h. Elle remporte sa participation au prochain Pop In The City ainsi que la dernière équipe, pour retenter sa chance l’an prochain !

Bilan du séjour : que du bonheur ! Nous sommes très contentes d’avoir réalisé ces différents challenges et remercions notre intuition qui nous a permi d’échapper à la descente en rappel d’un immeuble de 70m, au parcours du combattant avec les militaires de la caserne de Porto et à la course d’orientation dans les petites rues de la ville ! On en profite d’ailleurs pour féliciter toutes les poppeuses qui ont réussi ces épreuves.

Si vous avez envie de participer au prochain Pop In The City, rendez-vous sur leur page Facebook pour suivre toutes leurs actualités. On devrait savoir prochainement dans quelle ville se déroulera la prochaine édition… Une certitude, elle aura lieu en France !

Et pour celles qui voudraient aller encore plus loin, TF1 est venu filmer le raid, ça vous donnera une idée en live de ce qu’on a vécu. On vous laisse regarder la vidéo.

 
Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

NOUVEAUX.LLES LEADERS N°48

CONNECT & FOLLOW