J’AI TESTÉ : FAIRE LES VENDANGES

Il y a des métiers que l’on ne pense
réservés qu’exclusivement aux garçons.

Tout d’abord par leurs aspects physiques
(on a moins de muscles qu’eux la plupart
du temps…), mais aussi contraignants
(que celles qui aiment se lever à 6heures
du matin lèvent la main !).

Et pourtant, il y a un métier vers lequel
les femmes se dirigent de plus en plus
et dans lequel elles réussissent plutôt bien
à savoir vigneronne.


Je vis dans le Sud de la France, et après un été chaud, touristique avec des airs de canicule, il y a une période tout aussi estivale que peu de touristes connaissent… les vendanges !
 
Il n’y a pas forcément un jour clé, une heure précise. Les vendanges sont à la fois le fruit d’une année de travail, mais aussi le commencement d’une nouvelle aventure, d’un nouveau vin, de nouvelles promesses.  C’est un renouveau qui enthousiasme chacun, et qui amène à nouveau à rêver et créer. Oui car le vin c’est une création, on dit souvent que le cœur du vigneron se retrouve à l’intérieur de son vin. C’est vrai, il suffit de gouter différents vins d’une même appellation pour ne pas ressentir la même chose à chaque gorgée.
 
Mais si cela peut paraître chouette, les vendanges ce n’est pas non plus toujours une partie de plaisir : il faut se lever tôt, savoir magner les outils, ne pas avoir peur de se casser les ongles, transpirer, avoir les cheveux plein de terre et surtout des ampoules sur les mains. Mais malgré tout ça, pour rester un chouya sexy, on peut trouver des intermédiaires : se faire une tresse en épi de blé et mettre un joli chapeau (on évite aussi l’insolation), mettre un sarouel de couleur rouge et des baskets roses. De quoi garder une part de féminité ! Seul bémol, je n’ai pas trouvé la solution pour le bronzage sans les marques de tee-shirt !
 
Les vendanges ont beau être difficiles à réaliser, cela reste un moment magique et exceptionnel car, hormis le fait que ça nous permet de renflouer le compte en banque lorsqu’on est étudiante, on travaille avec des personnes passionnées, qui aiment partager, et…c’est aussi un moyen de rencontres !

 

Et oui, on n’y pense pas souvent, mais le monde du vin est universel : il y a des vignes aussi bien en Australie qu’aux Etats-Unis, au Chili ou encore en Slovaquie. Par conséquent, de nombreux étudiants étrangers aiment venir "voir comment ça se passe ailleurs" et apprendre.
 
C’est un melting pot de culture de gens qui vivent ensemble pendant plus de quinze jours. Les repas du soir sont donc un mélange ethnique important et nous pouvons mettre notre plus jolie robe pour danser et partager un bon verre avec son compagnon de vignes.

Jean Clavel avait dit "le vin est un lubrifiant social", les filles quand on fait les vendanges, ou que l’on travaille dans un secteur principalement masculin, certes la journée, et on n’est pas le plus au top, mais le soir on fera toujours sont petit effet !

 

Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

NOUVEAUX.LLES LEADERS N°48

CONNECT & FOLLOW