J’AI QUITTÉ LA BANLIEUE, À MOI PARIS !

Ma chère Paulette, j’aimerais te parler d’un phénomène qui peut bouleverser une vie. J’ai nommé le fameux flux migratoire de banlieue à Paris. La quête du Sacré Graal en quelque sorte. Les cottes de mailles et l’épée en moins. 

Petite, je créais des personnages en pâte à modeler pour les animer à la façon de Wallace & Gromit, je tenais un journal où j’inventais des histoires et je parodiais les journaux télévisés avec mon amie devant l’œil amusé de la caméra de mon père… Aujourd’hui, je suis une sorte de couteau suisse de la culture ; d’abord chargée des relations avec les publics dans un théâtre, puis médiatrice culturelle ou chargée de programmation sur les chaînes africaines de CANAL+… les étapes de ma vie m’ont toujours poussée à chercher la culture. Et à prendre le train. Ou le RER. Pour la chercher. La culture. Tu sais, chère Paulette, ce sacré transport qui fait que tu es soit toujours en avance sur tes amis parisiens, la faute aux horaires non déclinables, soit très en retard, la faute à pas de chance, au conducteur dont la pause café s’est éternisée, aux feuilles de l’hiver, à la neige de décembre, aux giboulées de mars… 
 
La banlieusarde a une meilleure amie, c’est sa montre. Et sans pour autant se prendre pour le lapin blanc, la banlieusarde a très envie de dire "je suis en retard", car si tu ne viens pas au train, et bien, le train partira sans toi. Chaque sortie est calculée, le temps millimétré, et l’agenda supra booké. Il ne s’agit pas de faire des allers-retours à blanc alors on fait chauffer le neurone et on s’organise. Mais voilà, passées les études et les premières années de vie professionnelle, la banlieusarde sent l’usure… Et c’est là que le déménagement s’impose. 
 
Mais pas question de partir sans conditions. Ne fais pas l’étonnée Paulette ! La banlieusarde, qui aimait son jardin, ses tomates cerise & sa belette rousse veut trouver un nid non moins douillet. Ça y est, le lapin de Troie est entré à Paris, la conquête du Graal est lancée ! Le charme est opéré, l’appartement choisi. Une cour pavée pour que Chacun cherche son chat, et moi, ma belette. Du parquet ancien et deux petites chem cheminées parisiennes, chem chem chéries. Où ça ? Dans le 18ème, à deux pas de l’avenue populaire de Saint Ouen et ses commerces, à trois petits pas d’Abesses et du Sacré Coeur de Nino & d’Amélie… 
 
Oui, oui, oui. A moi les musées, les cinémas en VO, les expos éphémères & les concerts. Et les boulangeries ouvertes le soir. Et les bars coquets. Ma nouvelle vie m’attend, appelle moi La Parisienne. S’il te plaît…
 
>Retrouvez Laura sur son blog : www.esperluette-blog.fr


Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

NOUVEAUX.LLES LEADERS N°48

CONNECT & FOLLOW