IVY CHANG, LE PARTAGE 2.0

Ivy Chang est la créatrice de Inside Kitchen Project, un projet plus que personnel dans lequel elle s’immisce dans la cuisine des gens comme vous et moi avec son meilleur allié : son appareil photo. Elle a fêté il y a quelques semaines le 1er anniversaire de son site et en profite pour nous en dire un peu plus sur elle, ses motivations et ses futurs projets.

 
> Ivy Chang est une bloggeuse. Ouais c’est vrai mais pas que.




(Trop) Nombreuses sont les foodistas (J’ai cherché le masculin de Foodistas. Foodiste ?)  qui se lancent dans la blogosphère mais elles sont (trop) peu nombreuses à sortir du lot.
Ancienne rédactrice de Zagat, Ivy avait pris l’habitude de faire le tour de toutes les table de Paris. Quand le job s’arrête elle est en manque.
Mini cuisine oblige, elle abandonne l’idée d’un énième blog de recettes, et en ce qui concerne les critiques, elle ne se sent pas légitime. Elle cherche donc une idée avec laquelle elle pourrait apporter quelque chose de plus.
 
Elle raconte que c’est une discussion avec deux amis dans une cuisine à Berlin qui a tout changé. Une discussion pendant laquelle elle avoue que son train train quotidien métro-boulot-dodo lui pèse un peu parfois et que si elle ne se bouge pas rapidement elle pourrait devenir aigrie.
“Meuf tu vas rentrer à Paris, tu vas sortir moins, tu vas dormir moins, tu feras moins tes potes mais tu vas lancer ce projet ! Et je l’ai fait. J’ai shooté TOUS les week-ends pendant un an.”


 
Ayant été assistante de photographe et ayant, malgré elle, renoncé à son rêve d’être sociologue, l’idée de venir dans les cuisines d’inconnus passionnés et de les shooter prends forme : Inside Kitchen Project is born.
 
En un an, Ivy a shooté 35 personnes à Paris et ailleurs. Comment ça se passe alors ? Ivy n’a pas de limite, pas de critère si ce n’est celui qu’il faut être passionné de cuisine. Celui ou celle qui la reçoit prépare sa recette préférée et puis choisit ustensiles et livres fétiches pour raconter son rapport à la bouffe.
Généralement, ce sont des gens que Ivy rencontre à des événements ou alors des amis d’amis ou bien même des inconnus qui découvrent le projet et la contacte. Elle les appelle “mes héros” et apprécie leur démarche de la recevoir chez eux, de jouer le jeu pendant 4 heures sous son objectif.
 
“Cet échange dans la cuisine ce n’est pas un truc que j’ai vécu avec ma mère donc d’une certaine manière je le vis un peu avec tous ces gens”
 

Pour elle l’idée est simple, partager quelques heures dans l’intimité de quelqu’un avec comme porte d’entrée sa cuisine. Car, disons le clairement, parler de sa cuisine c’est aussi parler de soi. Elle fait référence au documentaire de Camille Labro sur Alexandre Gauthier, Le bonheur est dans l’assiette dans lequel le chef dit que “manger {sa} cuisine c’est {le} voir nu”.  C’est la même chose pour ses cuisiniers ordinaires. Leurs cuisines reflètent leurs goûts, leurs personnalités et beaucoup de leurs histoires. Sans vouloir alimenter le cliché, l’enfance, la grand-mère, la mère reviennent toujours.
 
Si Ivy se prêtait elle même au jeu, elle nous préparerait un roti de porc au miel au thym et à la moutarde dans sa cuisine qui “(…) n’est même pas une kitchenette. J’habite dans 20m2, c’est un coin avec deux plaques” et nous raconterait comment elle a partagé son enfance entre sa famille vietnamienne et sa famille “d’adoption” française.
 

Les visages et les recettes de tous ces gens sympas sont sur son site www.insidekitchenproject.com qu’elle vient juste de refaire de A à Z avec l’aide d’un certain monsieur moustache.
 
Cette bombe hyperactive n’a pas l’intention de s’arrêter là, elle compte bien continuer à venir squatter chez vous le dimanche matin, mettre le tout dans un bouquin avant de se lancer sur le petit écran. C’est tout le bien qu’on lui souhaite 🙂

Site : www.insidekitchenproject.com

Article écrit par Lucile Arnaud, de Deuxième Service

Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *