ITINÉRAIRE BIS : MY JOY

 
Premier film ukrainien sélectionné en compétition officielle à Cannes, le labyrinthique My Joy est une charge implacable contre une Russie corrompue et délétère.
 
Sombre et métaphorique, le premier film de l’ukrainien Sergeï Loznitsa narre, à grand force de bifurcations, le destin tragique de Georgy, un chauffeur routier à l’existence sommaire. Avalant l’asphalte jusqu’à l’abrutissement, il charge des passagers au hasard des rencontres. Ici, un vieillard bavard, là une jeune prostituée. Pas tendre, le hasard le met en présence de gredins qui s’emparent de sa cargaison, non sans lui avoir asséné un coup sur la tête.

Amnésique, l’homme va errer de village en village, moitié fantôme, moitié clochard céleste. Son accident opère comme un catalyseur et révèle les violences à l’œuvre, dans un pays où tout est question de survie et de résistance. Tel l’infortuné héros, le spectateur doit accepter de se perdre dans un récit, privé de destination. Mais c’est précisément cette absence de linéarité qui participe de la réussite de ce premier film étonnant. Sans itinéraire précis, une multitude de chemins de traverse s’offre et avec elle, la possibilité d’un récit sans cesse reconduit.

C’est ainsi que fonctionne le film dans sa deuxième partie : un empilement de saynètes, de scènes de vies, tendues par cette même violence sourde qui accompagne la déchéance de Georgy. On retient notamment cette magnifique séquence sur le marché d’un village. La caméra saisit les visages marqués, s’engage dans le sillage d’une vieille femme pour mieux l’abandonner quelques minutes plus tard. On rebrousse alors chemin pour revenir contre toute attente au point de départ du film, ce bord de route où la vie de Georgy a basculé. Dans l’intervalle, le réalisateur aura épinglé les fonctionnaires corrompus, les vendus, les pourris, responsables du malheur de petites gens.

Exigeant jusque dans sa forme qui commente l’état d’égarement d’un pays dysfonctionnel, My Joy compte parmi les plus belles sorties de route que le cinéma ait récemment offert.  

 

MY JOY :: Sergeï Loznitsa

Sortie le 17 novembre


Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *