IRON PAULETTE A PARTICIPÉ AU MUD DAY

Samedi 9 mai, j’ai sûrement fait un des trucs les plus dingues de ma petite vie. J’ai participé à The Mud Day, en français, la journée de la boue. Et je peux vous assurer que de la boue j’en ai mangée pendant 3 heures.

 
Commençons par le début.
Quand il y a environ trois semaines on m’a appelé pour me proposer de tester cette course, j’ai tout de suite dit oui ! Et oui, je suis comme ça moi. Je fonce tête baissée. Je réfléchis ensuite ! C’est donc après quelques jours que je me suis penchée sur cette course. J’ai regardé sur internet en quoi cela consistait et bizarrement je suis redescendue de mon nuage. Et je  vais vous expliquer pourquoi !
 
The Mud Day est une course de 13km comportant 22 obstacles. Celle-ci se déroule au camp militaire des frileuses en banlieue parisienne. Au programme, de la boue, de l’eau, des barbelés, des chocs électriques et encore de la boue !


 
Je dois bien avouer qu’après avoir vu deux ou trois vidéos sur la course j’ai commencé à me dire que je m’étais encore foutue dans une drôle de situation.
 
Et pour cause, il faut dire que je suis une Paulette de bientôt 24 ans pas très sportive.
J’aime courir de temps en temps mais, à part ça le sport, ce n’est pas vraiment pas mon truc préféré ! Non, moi, je suis plutôt branchée pâtisseries, gâteaux, restos, salon de thé… En clair, je préfère manger que bouger !
 
Je me suis quand même rendu compte qu’il fallait un minimum de préparation pour faire cette course alors je suis allée courir deux fois avant de le faire. Bon, j’avoue ma préparation était pourrie mais, au moins j’ai essayé.
 
En même temps, j’ai toujours été lucide. Car plus les jours passaient et plus je me disais que j’allais vraiment peiner !
 
> Le jour J est arrivé !
 
Après un réveil dès plus matinal pour un samedi matin, j’ai enfilé une vraie tenue de combattante fournit généreusement par Columbia.  Ils m’ont vraiment sauvé la vie car, en matière d’équipement j’étais un peu à la ramasse. Et croyez-moi, avoir de bonnes chaussures c’est primordial.


 
J’ai ensuite rejoint en bus le camp des frileuses avec toute l’équipe Columbia. Je ne faisais pas trop la fière mais, en même temps j’avais hâte que tout cela soit terminé ! Une fois mon équipe formée, il était temps de se préparer à partir.
 
A 11h20, le top départ était donné.  Bonne joueuse, j’ai couru jusqu’au premier obstacle qui était un tunnel dans lequel je devais passer en rampant.  Plutôt facile mais, ce n’était que le début. Après j’ai  littéralement bouffé de la boue pendant tout le parcours et j’ai… adoré !


 
En revanche, j’ai eu plus de mal à apprécier de me jeter dans un bain d’eau à 4 degrés.  J’ai eu l’impression de recevoir des milliers de petits coups de couteaux !

 
Les obstacles s’enchaînaient et je me rendais compte qu’entre chaque je continuais de courir. Je me suis surpassée, j’étais comme possédée par la déesse du sport !


 
Mon côté guerrière s’est réveillée pour faire tous les obstacles ! J’ai bien dit TOUS !
Ma plus grande fierté est d’avoir réalisé l’avant dernier sans tomber dans l’eau ! Il s’agissait d’une échelle de traction plutôt longue. Pour une nana qui n’a rien dans les bras je peux vous dire que je me suis auto félicitée pendant au moins 10 minutes.
 
C’est donc après 3 heures d’efforts intenses que j’ai terminé cette course !  Très fière de moi je me suis jetée sur mon déjeuner tout en appelant ma famille pour leur raconter que j’étais la plus forte.
 
Une fois chez moi, une dernière épreuve m’attendait. Celle de la douche !
Il m’aura fallu 4 shampoings, 3 après-shampoings et un masque pour redonner vie à mes cheveux ! Je ne vous parle pas de mes fringues.  J’ai du me rendre à la station service du coin pour laver mes fringues au jet avant de les mettre dans la machine à laver.


 
> Le pire reste le lendemain

Je me suis réveillée dimanche matin en ayant la sensation d’avoir 90 ans…
Là, je peux vous dire que j’ai bien ressenti le manque de sport au quotidien !
En plus d’être couverte de bleus, mon corps était en souffrance ! Marcher ou s’asseoir relevait de l’exploit !
 
Comme vous l’aurez compris, The Mud Day laisse quelques séquelles mais c’est une course que je recommande fortement. L’ambiance est dingue, les participants s’amusent et s’entraident ce qui est rare de nos jours. La joie et la bonne humeur sont à l’honneur !
 
4 jours plus tard, je suis complètement remise du MUD DAY, je suis même prête à le refaire… A l’année prochaine !
 
Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

NOUVEAUX.LLES LEADERS N°48

CONNECT & FOLLOW