INTERVIEW : LENO LOVECRAFT


Après Kisses, le label Maman Records signe un nouveau venu originaire de Nouvelle-Zélande, Leno Lovecraft.

Loin de ses kangourous, le jeune Leno (il n’a que 19 ans) se révèle aussi timide que sa musique sensuelle. Une électro teintée d’italo-disco qui vous emmène sur une planète fluo où naïveté rime avec acidité. Parfait pour vous faire danser avec insouciance tout l’été.

Tu as récemment joué ton premier concert à Paris, comment cela s’est passé ?
C’était mon premier concert en Europe tout court ! C’était un peu stressant mais ça s’est bien passé, une petite salle un peu bizarre mais sympa (chez Moune, ndlr) et le public était vraiment cool.

Pourquoi as-tu décidé de quitter l’Australie pour la France ?
J’ai toujours voulu aller en Europe et ma copine est à moitié Française donc on a décidé de venir et j’adore la France. J’ai lu qu’une des raisons était parce que tu voulais monter un groupe ici, que ce serait plus simple que de le faire là bas. C’est vrai, mais je pense que c’est davantage une perspective à long terme, pour le moment je travaille ma musique, même s’il est vrai que j’aimerais avoir un groupe.

Comment as-tu rencontré Maman records ?
Grâce à Éléonore de I Heart Magazine, elle m’a vu jouer, elle leur a parlé de moi et voilà !

Sur ton bandcamp, l’un des tags est "sex", une technique pour remonter dans le référencement Google ou parce que ta musique a quelque chose de sexuel ?
Haha, non c’est vraiment parce que je pense que ma musique est sexuelle, c’est mon but en tout cas.

D’où la touche 80’s italo-disco ?
Tout à fait, à cette époque la musique était vraiment sexy. Mais à l’avenir j’aimerais bien mélanger l’électro avec quelque chose de plus classique, plus orchestral.

Et d’où vient cette influence 80’s, de la musique qu’écoutait tes parents ?
Non, c’est vraiment quelque chose que j’ai découvert tout seul.

Sur scène ça se passe comment ?
Je joue simplement de la guitare et j’ai les pistes d’accompagnement mais j’ai vraiment envie d’avoir un groupe pour être accompagné en live.

Ton premier souvenir musical ?
Mon père m’a beaucoup influencé, il écoutait de la musique alternative, ce qui fait qu’enfant j’avais un goût très prononcé, différent de celui des autres. J’ai commencé la guitare vers 10 ans et je me suis mis ensuite à composer et enregistrer.

Qui admires-tu en musique ?
Il y en a tellement, mais peut-être Connan Mockasin, avec qui j’ai récemment joué. J’aime bien aussi voir de bons Djs, comme Erol Alkan par exemple.

J’ai vu sur ton tumblr différents artworks, ils sont bien de toi ?
Oui, oui, les dessins et collages sont bien de moi. Actuellement je suis sur un projet de  vidéo constitué uniquement d’illustrations animées pour Princess, c’est très amusant.

Après ton concert tu enchaînes avec un Dj set, qu’est-ce que préfères ?
Cela n’a rien à voir, j’aime les deux, le Dj set c’est plus simple, moins stressant, parfois plus drôle.

Ton avenir proche ?
La sortie de l’EP puis je vais faire une tournée européenne cet été, un album, dans un an peut-être, je ne sais pas trop, je suis très occupé en ce moment, j’aurai probablement besoin d’un break. Mais je compose tout le temps de la musique, on verra.
 

LENO LOVECRAFT :: EP #1                                         
Maman records

Acheter

BONUS
Téléchargez gratuitement le track
Passionate Fantasia

 

 
Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *