INTERVIEW : GROUPLOVE

Grouplove au festival Rock en Seine, photographié par Paulette

Formé par cinq musiciens tous plus attachants et atypiques les uns que les autres, Grouplove est un groupe californien qui respire la joie et la bonne humeur.

 
Vendredi 26 août, ils ont littéralement mis le feu à Rock en Seine avec leur pop indé acidulée. Un "group" à suivre de très près à qui Paulette prédit un bel avenir.
 
Paulette : Quand êtes vous arrivés à Paris ?
Ryan : Il y a deux jours. Personnellement, j’adore Paris, c’est la deuxième fois que je viens. Mais aujourd’hui dans le taxi nous sommes tombés sur un chauffeur marseillais qui nous disait combien les Parisiens étaient désagréables. Ce n’était pas très gentil de sa part…
Christian : De toute façon il avait un accent tellement bizarre qu’il était difficile à prendre au sérieux (Rires).
Sean : L’accent marseillais en France c’est l’équivalent de l’accent Texas aux Etats-Unis c’est ça ?
 
Oui on peut dire ça… D’ailleurs Parisiens, Marseillais, que pensez-vous des Français en général ?
Hannah (en français) : Ils sont beaux !
Christian : Ils sont passionnés…
Andrew : Ce sont avant tout des artistes.
Ryan : Et ils font des très bonnes baguettes…
 
Vous avez eu un coup de foudre pour la nourriture française ?
Hannah : Oh oui, pour la baguette, les croissants, les pains au chocolat, mais c’est très dangereux pour la ligne !
Christian : Je suis tombé amoureux du croc madame, j’en mangerais tous les jours…
Sean (pensif) : Ah, le croc madame…
Ryan : Le fromage ici, c’est un délice !
 
Comment est né Grouplove, racontez-nous votre histoire ?
Hannah : J’ai rencontré Christian à New York. Nous sommes devenus amis puis nous avons décidé de partir en vacances en Crète. Là bas on a rencontré deux Californiens, Ryan et Andrew et un Anglais, Sean. La journée on sortait ensemble et le soir on faisait des bœufs sur la plage. C’était le pied !
Sean : Mais les vacances ont pris fin et on est tous rentrés chez nous. Chacun était nostalgique de cette ambiance, nous nous manquions…
Ryan : Alors en août 2009 j’ai invité tous le monde chez moi, à Los Angeles, pour que l’on se retrouve. Et là, quelque chose de magique est arrivé.
Christian : Ryan avait un studio chez lui et nous avons décidé d’enregistrer des morceaux et de faire un E.P. Depuis, on ne s’est plus quittés. Hannah, Sean et moi avons déménagé à L.A.
 
Vous avez tout quitté pour la musique ?
Sean : Oui, c’était plus fort que tout ! Il y avait un besoin, celui d’être tous ensemble et de faire de la musique. Et de toute façon au Royaume Uni je faisais des boulots minables qui ne me plaisaient pas…
Christian : Moi j’étais barman et chauffeur poids lourd, autant dire que je n’ai eu aucun mal à quitter New York pour partir rejoindre les autres à L.A.
Hannah : Moi j’étais peintre et, si j’ai quitté New York, je continue quand même à peindre puisque c’est moi qui dessine les covers de nos single et albums.
Andrew : Pour ma part j’écrivais des jingles pour les pubs donc ça ne m’a pas dérangé d’arrêter (Rires).
  
Je comprends mieux le choix du nom de votre groupe maintenant, vous êtes vraiment très soudés !
Hannah : En revenant de Crête, dès qu’on se parlait tous sur le tchat on disait "Group" ! C’était devenu un rituel. Et dès que les gens nous voyaient tous ensemble ils disaient qu’on était heureux et qu’on était les meilleurs amis du coup on a décidé de s’appeler Grouplove.
Ryan : Mais il ne faut pas croire les apparences, même si nous sommes proches et que notre musique est très joyeuse ce n’est pas pour autant qu’on est des hippies !
Christian : Oui, on est beaucoup plus pop et grunge qu’hippies.
 
 
Votre premier album s’appelle Never trust a happy song, c’est un moyen de mettre en garde votre public ?
Sean : Oui voilà, comme on disait, même si on sourit tout le temps et qu’on est heureux de vivre il ne faut pas se contenter des apparences et c’est pareil pour nos chansons. Il faut regarder plus en profondeur et prendre le temps d’analyser le morceau.
Ryan : Quand tu écoutes l’album tu passes par différents états d’esprit, tu te sens enjoué, puis apeuré, nerveux puis relax etc.
Christian : À un moment tu as même l’impression d’être en parachute et de planer dans les airs en descendant tout doucement vers la terre… J’adore !
 
On vous reverra bientôt chez nous ?
Sean : Oui, on espère pouvoir faire une tournée en France sous peu pour promouvoir notre album.
Andrew : On veut faire les gros titres des magazines et avoir une grande carrière donc si c’est le cas on reviendra bien évidemment en France !
Hannah : Ce qui serait génial c’est de faire une carrière à la Arcade Fire et d’avoir le même succès qu’eux plus tard. 

 
GROUPLOVE :: NEVER TRUST A HAPPY SONG     
Sortie le 12 septembre 2011


Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

NOUVEAUX.LLES LEADERS N°48

CONNECT & FOLLOW