INSTAGRAM S’ENGAGE CONTRE LE CYBERHARCÈLEMENT

Chaque année, le cyberharcèlement fait des milliers de victimes. Afin de lutter contre ce fléau, Instagram décide de lancer l'initiative #LePoidsDesMots.

En 2020, 62 % des Français·e·s affirmaient avoir déjà été victimes de cyberharcèlement, à en croire les chiffres d’une enquête réalisée par Microsoft. Un constat ahurissant qui a su réveiller Instagram. Aujourd’hui, le réseau social lance le hashtag #LePoidsDesMots soutenu par la Première dame Brigitte Macron. Le tout pour lutter contre cette haine qui détruit des milliers de vies.

© Instagram/ Lutte contre le cyberharcèlement

L’engagement d'Instagram

« La lutte contre le harcèlement est notre priorité absolue, et nous sommes fiers de lancer une campagne de cette ampleur pour la première fois en France, avec le soutien précieux du gouvernement et en présence de la Première dame, avec le concours de partenaires reconnus comme Génération Numérique et l’Association e-Enfance », déclare Adam Mosseri, CEO d’Instagram.

Après une négligence pointée du doigt par Facebook sur le cyberharcèlement, Instagram a très vite décidé de prendre les choses en main. Le 21 septembre, un hashtag a été lancé partout sur la plateforme : #LePoidsDesMots. Le but ? Dénoncer pour mieux lutter. Avec le soutien de Brigitte Macron ainsi que du secrétaire d’État en charge de l’enfance et des familles Adrien Taquet, la campagne de sensibilisation aura pour objectif d’alerter les adolescent·e·s sur le risque et les impacts du harcèlement en ligne. C’est la première fois qu’Instagram France organise un projet de cette ampleur, iels ont la volonté d’informer plus de 70 000 jeunes avant la fin de l’année.

Le soutien des influenceur·euse·s

« Je suis l’aîné d’une fratrie de trois et je constate que le sujet du harcèlement à l’école ou en ligne est une réalité pour beaucoup de jeunes, c’est important pour moi de m’engager sur cette campagne pensée avec Instagram, car on ne pourra changer les choses que grâce à la sensibilisation et l’éducation. Le message que je veux adresser à ma communauté c’est : ‘Agissons, ne devenons pas complices mais alliés des personnes victimes de harcèlement' », incite Just Riadh auprès de ses 3,5 millions d’abonné·e·s.

Afin de toucher le plus de personnes possible, 12 influenceur·euse·s se sont joint·e·s au combat. @justriadh ; @habituetoi ; @zatis ; @lenna.vivas ; @fatouguineaa ; @cleemence.blt et bien d’autres, ont donc participé au projet en partageant leur propre expérience de cyberharcèlement et en encourageant vivement leur communauté à s’engager à leurs côtés.

Un engagement dans les écoles

La lutte ne s’arrête pas aux écrans ! C’est aux côtés de Génération Numérique et d’Association e-enfance, que le réseau social a décidé de mener le combat jusque dans les écoles. Le programme se concrétisera de septembre 2021 à juin 2022, dans plus de 300 établissements scolaires français. 1800 ateliers de prévention se tiendront à l’attention des 11-15 ans et 200 à celle des parents. Car oui, l’adulte joue aussi un grand rôle dans cette lutte, c’est pourquoi ces ateliers proposeront à tous parents de les aider à engager le dialogue sur ce sujet primordial auprès de leurs enfants.

élèves travaillant à l'école
© Unsplash

Que faire si on est soi-même victime de cyberharcèlement

Instagram a mis en place plusieurs dispositifs afin d’éviter au maximum cette haine dénuée de sens. Vous pouvez donc d’ores et déjà :

  • Maîtriser les identifications et mentions : pour déterminer si vous acceptez, ou non, d’être identifié·e ou mentionné·e par d’autres membres de la communauté ;
  • Restreindre : ce qui empêche les interactions avec un·e autre membre de la communauté sans qu’iel n’en soit alerté·e ;
  • Utiliser le filtre de blocage des commentaires offensants : pour cacher automatiquement les commentaires offensants ou inappropriés ;
  • Mettre des mots masqués : ce qui permet de filtrer automatiquement les demandes de messages directs abusifs contenants des mots jugés offensants ;
  • Activer le filtre de commentaires et de mots-clés : permettant de définir les mots-clés et emojis jugés inappropriés afin qu’ils soient automatiquement cachés ;
  • Instaurer les « limites » : afin de masquer automatiquement les commentaires et demandes de messages directs de personnes que vous ne suivez pas, ou depuis peu ;
  • Passer le compte en mode privé : rendant le contenu du compte accessible qu’aux personnes abonnées ;
  • Signaler un compte : une action qui notifie directement à Instagram les comptes diffusant des contenus jugés inappropriés ;
  • Bloquer un compte : ce qui bloque le profil demandeur afin qu’iel n’ait plus accès à votre contenu.

Mais bien sûr, ce n’est pas en évitant le problème qu’on le supprime. Alors, si vous souffrez de cyberharcèlement, ne restez pas dans le silence. Vous pouvez aller directement à la gendarmerie ou vous rendre sur le site du gouvernement pour tous renseignements

Tout se met donc en place pour lutter, au mieux, contre ce fléau du 21ème siècle. Cette campagne nous rappelle aussi une règle primordiale, valable pour tous les combats : on est plus fort·e·s ensemble.

 

Un article de Ismaella Diallo 

Vous pourriez aimer...