IL N’Y A PAS DE RAPPORT SEXUEL


Dans la vie, il y a trois catégories de gens : ceux qui regardent des documentaires, ceux qui regardent des films pornos et ceux qui regardent des documentaires sur les films pornos. Quelle que soit la vôtre (et si vous avez au moins 18 ans), vous devriez aller voir Il n’y a pas de rapport sexuel, sorti cette semaine.

Assemblez des milliers d’heures de making-of enregistrées lors de tournages classés X, ajoutez-y la patte du réalisateur français Raphaël Siboni et vous obtiendrez Il n’y a pas de rapport sexuel, portrait du sulfureux cinéaste X, Hervé-Pierre Gustave aka HPG.


"HPG EST AU X CE QUE GODARD EST À LA NOUVELLE VAGUE"
Acteur, producteur et réalisateur de films pornos, HPG est dans le milieu depuis plus de 20 ans. Il est le pionnier en France du "gonzo", un mouvement cinémato-pornographique qui consiste à filmer "au cœur de l’action".
Il s’aventure, caméra à l’épaule, au plus près de son sujet, en même temps qu’il "l’explore" de fond en comble… Pour résumer, HPG c’est un peu le Bernard de la Villardière du porno, il est au X ce que Godard est à la Nouvelle vague – ou ce que Patrick Sébastien est au divertissement – bref, un grand nom. La seule différence c’est que lui se ballade constamment en slip, conditions de travail obligent.

> Plus qu’ une archive du porno
Comme l’a chanté un grand artiste contemporain, "il n’y a pas que la fesse dans la vie". Ce docu livre une véritable archive du porno, on y voit des gens faire du sexe, mais on y voit aussi autre chose, l’envers du décor, la nudité de dos laissant place à la réflexion. Il n’y a pas de rapport sexuel, ce sont des images plutôt crues qui, assemblées par un artiste, dégagent de l’émotion. Tout à fait, de l’émotion !
Si en vous questionnant sur votre avenir professionnel, vous avez pensé à faire du porno, vous demandant si tu vous en seriez capable, en plus de vous apporter des réponses, ce film vous touchera. De même si vous entamez une thèse anthropologique sur l’acteur de film X, plus axée sur la partie mentale que sur la partie génitale.

> Au-delà du sexuel

On ne peut pas rester insensible devant une jeune actrice en pleure après être passée à l’acte, une fois le bouton rouge éteins, parce que cette actrice c’est d’abord une fille, qu’elle a plus ou moins notre âge et qu’elle ne fonctionne pas comme une machine. Raphaël Siboni, dont les inspirations vont du film La région centrale de Michael Snow à la pornographie amateur hardcore, raconte une histoire, l’histoire de gens dans le monde du travail, un monde sans photo de famille sur le bureau mais plutôt avec des secrétaires. En gros, n’allez pas voir ce documentaire en vous disant que vous allez uniquement mater un film salace sur grand écran, vous risqueriez d’être déçus.

Si vous ne connaissez rien au monde du porno, vous serez aussi fascinés devant Il n’y a pas de rapport sexuel que l’est maman devant Rendez-vous en Terre Inconnue. Comme tout bon documentaire en immersion, celui de Raphaël Siboni nous livre des astuces utiles dans la vie de tous les jours. Apprendre à faire le bruit d’une claque sur les fesses sans faire le geste par exemple. Mieux encore, il nous démontre qu’il ne faut surtout pas se fier aux apparences.
 

INTERVIEW TOP CHRONO AVEC…
Raphaël Siboni, le réalisateur 
Paulette : Pourquoi ce projet ?
Raphaël : La pornographie est un sujet qui me fascine. Même si elle est considérée comme un sous-genre honteux et méprisé, elle représente à mes yeux un état primitif du cinéma : pas de récit, pas de décor, pas de dialogues, simplement des corps.
Aujourd’hui, la pornographie produite en masse pour Internet est consommée de manière solitaire, dans un but masturbatoire, sur des écrans de très petites tailles. Elle n’est plus faite pour être vue sur grand écran ou en groupe. La déplacer vers la salle de cinéma constitue une des bases de mon projet : changer d’échelle et de lieu, construire un espace de réflexion pour penser la pornographie.

"HPG EST UN VERITABLE CINEASTE"

Pourquoi HPG ?

HPG entretient une réelle fascination pour les coulisses de ses tournages et l’utilisation des images qu’il produit. Pour lui, c’est comme si le porno ne suffisait pas. C’est d’ailleurs le seul acteur X que je connaisse qui soit en même temps un véritable cinéaste.
Pour une fois, grâce à lui, il ne s’agit pas d’une caméra extérieure posant un regard voyeur ou moralisateur sur le monde du porno, mais d’une caméra-témoin placée sur un trépied, filmant depuis l’intérieur même des tournages. C’est d’ailleurs pour cette raison que je n’ai volontairement pas souhaité ajouter de plans, interviews ou voix-off.

Pourquoi ce titre ?
"Il n’y a pas de rapport sexuel" est une phrase célèbre de Jacques Lacan. Pour lui il n’y a pas de rapport sexuel dans la sexualité, puisque la jouissance nous emmène toujours très loin de l’autre. La sexualité sépare plus qu’elle ne rassemble. Appliqué au porno, même si les corps nus s’accumulent et s’interpénètrent, ils restent seuls.
Ce documentaire a pour but de montrer d’autres rapports que les rapports sexuels.

Pourquoi aller le voir ?
"Il n’y a pas de rapport sexuel" essaie de montrer le X dans sa complexité, sans fascination ni abomination. Le film est évidemment interdit au moins de 18 ans et certaines scènes peuvent choquer, mais je ne voulais pas faire un énième documentaire qui parle de la pornographie sans la montrer.
Je n’ai pas cherché à y mettre du sexe, mais, quand c’était utile, je n’ai pas cherché à le cacher. Ces images montrent une représentation dominante de la sexualité d’aujourd’hui.


IL N’Y A PAS DE RAPPORT SEXUEL                
de Raphaël Siboni


Sorti le 11 janvier 2012

Séances :
22h05 tous les jours au MK2 Beaubourg
21h45, vendredi, samedi, dimanche, mardi
à l’Arlequin (+ débat)
21h15 mercredi et dimanche au cinéma La Clef
17h50 samedi au cinéma La Clef (+ débat)
20h jeudi au Ciné 104 à Pantin (+ débat)



Voir la bande annonce 

 

Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *