HUILE DE COCO, DE PREMIÈRES INQUIÉTUDES SUR SES BIENFAITS

Si l’huile de coco fait partie des ingrédients stars du moment, il semblerait qu’elle ne soit pourtant pas si bonne pour la santé. Une récente étude de l’Association américaine du cœur (AHA) prouverait que cette huile augmente les risques de maladies cardiovasculaires en raison de son fort taux en graisses saturées.

Devenue incontournable, l’huile de coco est venue remplacer chez beaucoup d’entre nous la traditionnelle huile de tournesol ou celle de colza. En cuisine pour nos plats favoris, sur nos cheveux pour les hydrater ou sur la plage pour accélérer le bronzage, cet ingrédient considéré comme miraculeux par certains a envahi notre quotidien. Cependant, une grande différence existe entre ces huiles d’origine végétale. Petite explication : il existe les graisses animales, celles qui contiennent le plus de « mauvais gras » c’est-à-dire le gras saturé qui augmente le bon mais surtout le mauvais cholestérol. En parallèle, on retrouve les graisses végétales que nous avons tendance à préférer puisqu’elles ne contiendraient pas de graisses nocives pour notre santé. Le fait est que l’huile de coco est une huile végétale que l’on peut classer parmi les « huiles exotiques », composées différemment de celles que nous connaissons en Europe. Selon l’étude menée dernièrement, l’huile de coco se tiendrait donc à mi-chemin entre l’huile végétale car issue du cocotier, et la graisse animale, en raison des 82% de graisse saturée qu’elle contient – ainsi que 67 % d’acide laurique, ce qui n’est pas mieux.

Avec cette nouvelle information, les cardiologues préconisent désormais de garder l’huile de coco dans notre salle de bain et de l’éclipser de notre cuisine !

> Article de Montaine BOUTEILLON

Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.