HEARTSTONE : HISTOIRES D’AMOUR ET D’AMITIÉ EN ISLANDE


Ce premier long-métrage multi-primé d’un réalisateur islandais est à voir et revoir au cinéma.
 
Pour un premier film, on ne demandait pas mieux. Après des courts métrages très remarqués et ayant reçu plus de 50 prix (dont une mention spéciale à Cannes) pour plus de 200 sélections, le réalisateur Gudmundur Arnar Gudmundsson a pu présenter cette année son premier long métrage : Heartstone. Premier film islandais de l’histoire présenté à la Mostra de Venise, l’oeuvre a fait le tour des festivals internationaux et a empoché une trentaine de prix. Au niveau local, il a tout raflé aux Edda Awards – l’équivalent Islandais des Césars – avec 9 récompenses sur 16 nominations, dont : Meilleur Film, Meilleur Scénario et Meilleur Réalisateur.



Ce long-métrage retrace l’histoire de deux jeunes garçons, Thor (Baldur Einarsson) et Christian (Blær Hinriksson) liés par une amitié à toute épreuve. Heartstone se déroule dans un village de pêcheurs de l’est de l’Islande, bien loin de Reykjavik, la capitale… C’est l’été, et ces deux ados essaient de tuer l’ennui. Ils pêchent des poissons, regardent des photos érotiques dans un cimetière de voitures en s’imaginant faire l’amour, et comptent leurs poils encore peu nombreux sur leurs corps de gosses.
 
L’attention est là : Thor, personnage principal se languit de grandir et de devenir enfin un homme. Mais il est compliqué de s’exprimer et évoluer comme on le souhaite dans ce village où les habitants ne cessent de juger, et ce, dès leur plus jeune âge. Inséparables, Christian et Thor se font insulter, soupçonnés d’homosexualité. Comme le montrera ce film si poétique et violent à la fois, cet amitié ambigüe entre les deux garçons sera sans cesse jugée quitte à avoir des conséquences dramatiques.

De gauche à droite : Blær Hinriksson jouant Christian, le réalisateur Gudmundur Arnar Gudmundsson et Baldur Einarsson jouant Thor.

Outre ces questions de passage à l’âge adulte, ainsi que celles sur l’homosexualité, le réalisateur s’inspire de son enfance en Islande et des paysages de ce pays pour agrémenter l’intrigue. Sans une véritable volonté de sublimer l’environnement du village, on ne peut qu’être subjugué par la beauté de la nature locale ainsi que par sa présence imposante et presque menaçante. Gudmundsson semble même utiliser ces images de nature pour atténuer les problèmes des deux protagonistes.


La beauté de ce long-métrage est également portée par le talent des deux jeunes acteurs dont la crédibilité impressionne. Il s’agit notamment du premier rôle de Baldur Einarsson (Thor, personnage principal) au cinéma et chez Paulette on n’est pas prêtes d’oublier ce jeune talent d’à peine 15 ans qui nous a énormément touchées. De même pour Blær Hinriksson (Christian) qui crève l’écran à sa 2e apparition dans un film.
 
Un casting talentueux, un réalisateur multi-primé, des paysages impressionnants et une histoire touchante : combo gagnant pour Heartstone qui ne manquera pas de vous séduire. Chez Paulette on vous le conseille vivement !
 
Heartstone – Un été islandais
Sortie en salles le 27 décembre
 
> Article de Manon LE ROY LE MARREC
Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.