GRAINE DE TALENT : MARTIN CANNAVO


Martin Cannavo a été choisi pour interpréter le premier rôle dans Ma première fois, une surprise pour ce jeune mannequin qui n’avait jamais joué la comédie. Rencontre avec ce fan de Jean-Jacques Goldman, aussi drôle que sensible. 
 
Paulette : Raconte-nous un peu ton parcours. 
Martin : Je suis diplômé de Sup de Co Toulouse. Pour valider mon bac +5, j’ai choisi d’effectuer un stage de fin d’études en tant que bookeur dans une agence de mannequinat. Et, une fois le stage terminé, on m’a proposé de devenir modèle. Ce n’était pas mon but initial mais j’ai accepté et ça fait 8 ans que ça dure. 
 
Comment es-tu passé de mannequin à comédien ? 
Par accident ! Un jour, la réalisatrice du film est tombée sur une publicité que j’avais faite pour une marque de vêtements. Elle surfait sur internet, une fenêtre pop up s’est ouverte et, en voyant la pub, elle a trouvé que je correspondais exactement au personnage. Elle m’a contacté mais j’ai refusé tout net ! Je passe souvent des castings pour faire des pubs à la télé et, à chaque fois, je vois bien dans les yeux des réalisateurs que je suis un gros nul !
Je ne suis pas doué, voilà tout, chacun son métier ! Je lui ai expliqué mais elle a insisté et m’a envoyé le scénario pour que j’y jette au moins un œil. Je suis fleur bleue et le scénario m’a tout de suite plu. J’ai donc décidé de me rendre à la première audition et de voir ce que ça allait donner.
 
"QUAND JE RÉPÉTAIS JE VOYAIS DE LA CONSTERNATION DANS SES YEUX"
 
Tu as pris des cours ? 
Oui, je suis allé voir un ami de la famille, Urbain Cancelier, qui m’a donné un très beau conseil : "Jouer c’est mentir avec sincérité". On a répété ensemble et, bien évidemment, je surjouais à mort ! Je voyais la consternation dans ses yeux… Pourtant, les auditions se sont bien déroulées, j’ai passé toutes les étapes. Le moins j’en faisais, le mieux c’était. Et j’ai finalement décroché le rôle. 
 
Les autres acteurs sont tous des professionnels, comment te sentais-tu face à eux ? 
Comme un escroc ! Alors pour compenser mon manque de technique, j’ai bossé mon texte par cœur, je connaissais très bien le scénario. J’étais vraiment stressé mais j’ai décidé de ne pas me regarder jouer et de ressentir les choses. Tout s’est finalement très bien passé, il y avait une chouette ambiance sur le tournage. J’en garde vraiment un très beau souvenir. 
 

 
Quelle est la scène qui t’a le plus marquée ? 
Une scène émouvante avec Vincent Perez où on devait tous les deux pleurer. Lui, au bout de deux secondes, il avait déjà l’œil embué. Alors que moi, j’ai dû aller me mettre dans un coin pour écouter de la musique triste. Je me suis foutu en l’air, après, j’étais déprimé pendant deux jours… Au moins, ma tristesse était sincère !
 
"PETIT, JE GALÈRAIS AVEC LES FILLES !"
 
La première histoire d’amour est toujours très marquante, quels souvenirs gardes-tu de la tienne ? 
Disons que ce sont plutôt les histoires de non-amour qui m’ont marqué… En CM2, la fille de qui j’étais amoureux a envoyé sa meilleure amie me dire qu’elle était elle aussi amoureuse de moi. C’était le vendredi. J’ai passé le week-end sur un petit nuage sauf que le lundi cette même meilleure amie est venue me dire que c’était une blague ! J’avais le cœur brisé.
Pire, en 4ème , j’ai écrit une lettre à une fille de 3ème. Résultat, elle l’a lue à voix haute dans le bus de ramassage scolaire, devant tout le monde. La honte ! Bon, maintenant ça va mieux avec les filles mais ces deux histoires, je m’en souviendrai toujours !
 
Tu es un passionné de musique, qu’est-ce qui tourne en boucle dans ton Ipod ? 
Puisque tu pars de Jean-Jacques Goldman. Je suis un grand fan de variété française.  > Coconut skills de Damien Rice, ou comment être bien nostalgique… > Hoppipolla de Sigur Ros, un groupe islandais que j’adore ! 
 
Qu’est-ce qu’on peut te souhaiter pour l’avenir ? 
Puisqu’on parle de musique je dirais devenir une rockstar ! (Rires). En fait j’aimerais bien être Raphaël. Il est beau, ses chansons sont jolies et c’est un très bon musicien. Dans le même style, en dix fois plus beau musicalement, il y a Damien Saez, sa chanson "Menacés mais libres" est juste une tuerie, c’est de la poésie…
 
Quels sont tes projets ? 
Je vais continuer à faire du mannequinat mais j’espère qu’après ce film quelques scénarios vont arriver sur ma table. Je suis conscient que ce n’est pas la prestation du siècle mais j’aimerais vraiment continuer dans ce domaine, qu’on me donne ma chance d’aller plus loin.  Ça me plaît énormément !
 
Une dédicace à Paulette ? 
J’appelle tout le monde "ma poulette" donc j’essaierai de changer ça en version ma Paulette ! "Eh, salut ma Paulette !" Ça le fait je trouve ! 
 
 
MA PREMIÈRE FOIS
de Marie-Castille Mention-Schaar                  
Sorti en salles le 18 janvier 

Voir la bande-annonce 

 

Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *