GEORGES DE LA SEMAINE #42

Quand notre Directrice Graphique check son Facebook à la pause déj, elle tombe sur des photos de ses potes en slip

 
Paulette : Qui es-tu ?
Louis Picard, vingt-cinq ans et demi, Lorrain (j’habite à Metz), dock + harrington, barbe rasée depuis un mois, régisseur d’oeuvres et d’expositions mais avant tout artiste plasticien (Photographe / vidéaste performeur et sculpteur sur platane depuis mercredi dernier) et accessoirement musicien.
 
Qu’est-ce qui te fait sourire ?
Le type d’hier soir au « bar de la Moselle » avec trois chicos qui sort de zonz et qui me paye un double Ricard pendant que son pote à ma gauche me plote le cul tout en dansant sur you’re a star de Aquarium dream.
SENSAS’!
 
La chanson que tu écoutes en boucle ?
Une c’est assez compliqué, je suis plutôt généreux et n’en donner qu’une serait insultant pour les autres :
Peace frog – The doors, lorsque tout manque de saveur.
Master sleeps – Hills, lorsque je suis à poing.
Canto de Ossanha – Baden powell, lorsqu’il fait gris.
Waiting around to die – Townes van zandt, lorsqu’il fait noir.
Ain’t no mountain high enough – Marvin gaye & Tammi Terell lorsque je veux faire danser la plus belle.
Et puis ode to viceroy – Mac demarco lorsque je bois une canette sous une cascade. En ce moment j’avoue qu’il me fait un peu de l’oeil, DIY à fond, il fait ses clips, un vrai malin.
 
Le métier de tes rêves, c’est quoi ?
Aux risques de paraître niaiseux, le mien. Pouvoir rencontrer les artistes, bosser avec des institutions, monter des oeuvres d’artistes majeurs. Un vrai régal, étant artiste moi-même, c’est une chance inouïe que de pouvoir bosser dans ce milieu.  Bon certes c’est mon gagne pain, si je pouvais vivre de mon art ce serait le top, mais je ne vais pas ouvrir le débat de l’art vidéo qui se vend mal sur le marché.
 
Le dernier film qui t’a fait pleurer ?
Ghost Dog – Jim Jarmusch, j’avais dix ans, la plus belle expérience cinématographique (avec down by law) que j’ai vécu jusqu’à présent. Une justesse sans fioritures, avec RZA au commandes de la B.O à voir absolument.
 
Qu’est-ce qui te fait craquer chez une fille ?
Les dents du bonheur… Dios Mío (et des chaussures de montagne).
 
Ta Paulette de rêve serait…
Tellement géniale.
 
La recette que tu ne rates jamais ?
Le poulet curry ananas quand je veux faire le KEUM et la quiche Lorraine mais là c’est génétique.
 
Ta phrase culte ?
« A fond la bite », en toutes circonstances, si tu l’oses, ça passe.
 
La pièce fétiche de ta penderie ?
Mon tee shirt « le rat luciano » datant de 2000 (album « mode de vie – béton style ») jonché de trous, j’ai l’impression d’être un un vrai scarla quand je le porte, mais je crois qu’au fond je fais surtout pouilleux.
 
Ton dernier concert ?
Dewendel, dans une cave. Brut, dissonant, Lourd. Tout ce qu’on aime.
 
Un lieu de vacances pour décompresser ?
Cairanne, sans hésiter, une ancienne exploitation agricole retapée, perdue au milieu des vignes : piscine, terrain de pétanque éclairé, maison ouverte, buvette… L’imaginer c’est la limiter, il faut voir ce bout de paradis.
 
Ton artiste fétiche ? Et pourquoi ?
Encore une fois je ne peux pas en citer qu’un :
En photo Jerome Sother, grand poète du quotidien.
En vidéo Roman Signer par ce qu’il fait tout péter. L’art du pétard mouillé.
En peinture Basquiat (classique je sais ça va), très joli biopic de Schnabel sur lui d’ailleurs.
En sculpture Erwin Würm pour ses « one minute sculptures » qui ont reçu un bel hommage avec le clip can’t stop des RHCP, belle manière d’offrir du contemporain à un public non averti.
En installation Jiri Kovanda, il te monte une expo avec trois bouts de ficelles et 2 bottes en caoutchouc.
En performance Joseph Beuys, précision – concision.
En anthropologie (oui oui c’est considéré comme de l’art il paraît) Edward S. Curtis pour sa quête d’une époque révolue concernant les peuples indigènes d’Amérique (les mecs à plumes quoi).
En cinéma Jarmusch du coup pour ses portraits de société (Kervern & Delépine sont pas mal aussi dans le genre, version française).
Le reste on s’en fout non ?
 
Le pire texto que tu aies jamais reçu ?
FUCK HER RIGHT IN THE PUSSY (avant hier, merci Bat).
 
Ton plus gros moment de honte ?
Je crois que j’assume pas mal de choses, trop peut être.
 
L’endroit où on peut te croiser un vendredi soir ?
Sur second Life quelle question…
 
The next big thing pour toi ?
C’était le week end dernier pour la biennale d’art contemporain d’Épinal (haha), ou en ce moment dans une galerie éphémère place saint Louis, je présente Motivation mode d’emploi n°1 une performance filmée, installée avec motivation mode d’emploi n°2 une sculpture en platane d’un gant de boxe issu d’une perf de 24h de taille.
 
En couple ou vélib ?
Vélib’ à fond la bite.
 
Tu nous lâches ton Twitter / instagram ?
Je ne suis pas sur les réseaux sociaux désolé Paulette.
Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *