EXPO : STANLAID LUBRICK

Illustration, Sébastien Le Gal

 
Paulette vous emmène à la rétrospective Stanlaid Lubrick dédiée au plus grand pervers de l’histoire du cinéma, au Sexodrome du 18e arrondissement de Paris.

Considéré comme un visionnaire précoce par ses pairs, Stanlaid Lubrick a été le premier réalisateur à apparaître dans ses films, ce dont il se justifiait auprès de ses actrices avec cette fameuse phrase : "C’est un honneur d’apparaître à vos côtés" ( "I wanna slap your butt too").

Selon ses proches, on pouvait lire cette intention comme un hommage à son idole Alfreux Hitchcock, qui lui a valu son surnom de "pervert wallpaper ", apparaissant toujours en second plan. Cette rétrospective retrace la genèse ainsi que la jeunesse de notre réalisateur – dépucelé à l’âge de 8 ans par une cougar devant les caméras de l’Ecole des fans – et bien sûr, ses débuts dans l’industrie du cinéma.

Adolescent, il prend rapidement le chemin du porno en fuguant de chez ses parents Giuseppe et Cindy. Au volant de sa voiture, il parcourt la mythique route 69, accompagné de son lapin nain Bugs Cunny, pour traverser l’Amérique profonde jusqu’à la Silicon Valley où il rencontre sa première femme Mamelon Anderson, qu’il fera tourner de caves en plateaux.

Sorti en 1978, son premier film intitulé Full Metal Braguette est un succès immédiat récoltant pas moins de trois Hot d’Or et six Penis Awards. Mais Stanlaid en veut toujours plus et c’est avec Branlette mécanique, tourné en Seine-et-Marne, qu’il dilate le box office et rencontre sa seconde femme et grand-mère de Paris Hilton, Melun Ibis. Ils emménagent à Femme-Fontainebleau où ils élèvent leurs cinq fils, baptisés Rocco I, II, III, IV et V.

La visite de l’expo s’achève au dernier étage du Sexodrome avec les gadgets issus de ses quelques 60 productions, tous plus improbables les uns que les autres. Décédé en 1999 à la suite d’un arrêt du coeur, une installation permet de visionner son enterrement en grande pompe au cimetière de Vaux-le-Pénis. Il laisse sans nul doute une trace blanche indélébile sur la toile du cinéma porno.

Exposition Stanlaid Lubrick
Jusqu’au 30 avril 2011
Sexodrome, métro Pigalle
 
Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *