EXPO : L’ORIENT DES FEMMES

© musée du quai Branly, photo Cyril Zannettacci

Pénétrez dans l’univers feutré et mystérieux des Femmes d’Orient, arrangé méticuleusement par Christian Lacroix et Hana Chidiac, la commissaire de l’exposition, dans la mezzanine Est du musée du Quai Branly, à Paris.

Baptisée L’Orient des femmes, l’expo nous dévoile quelque 150 tenues traditionnelles de femmes syriennes, jordaniennes, palestiniennes et bédouines du Sinai et du Néguev, ainsiq que des parures, toutes sélectionnées par le couturier Christian Lacroix.

Les visiteurs déambulent dans un espace feutré, tapissé, un tantinet sombre, où chambar somptueux côtoient majestueusement manteaux, burqa et voilages, exposés de façon ultra sobre, en aplats ceintrés. Cet écrin regorge de trésors : la plus vieille pièce est la robe d’une petite-fille datant du XIIIe siècle et prêtée par le musée de Beyrouth.


Quelques installations vidéo et de peintures agrémentent la déambulation, qui s’accompagne également de citations extraites des plus grands orientalistes et de Christian Lacroix lui-même. On apprend avec délectation les différences et les significations liées au vêtement selon la région d’où il provient : le rouge des robes syriennes est un signe de fécondité, l’indigo des femmes jordaniennes les protège du mauvais oeil. La gaze, cette étoffe légère et transparente, nous vient des régions côtières et de la ville de Gaza et Bethléem a longtemps été vue comme le "Paris" de la mode du Moyen-Orient avec Ramallah ou Beit Dajan.  
 

Voile de visage de Bédouine, burqa  Coiffe de Bédouine, sakrouj  Robe de fête 
Robe de Naplouse Robe de fête  Grande robe, thob kebir 
Autres surprises, des poupées authentiques et habillées des costumes traditionnels disposées dans une pièces où l’on peut également toucher quelques modèles de robes.

La femme orientale est donc magnifiée dans cette exposition qui dit finalement peu de son mode de vie, paysan et simple. C’est plutôt la Shéhérazade que l’on découvre ici, sublimée et enluminée. L’expo se termine par un dur retour à la réalité et par un constat malheureux : le fondalisme islamique et la mondialisation du XXe siècle ont fait reculer dans ces régions la confection et le port des tenues traditionnelles qui se sont alignées sur les standards européens et la norme islamique, informe, plus sobre. 

Grâce au soutien des associations humanitaires, il est souligné que des efforts ont été menés notamment auprès des femmes palestiniennes pour qu’elles brodent à nouveau afin de sortir de la misère. Fidèles à l’héritage de leurs ancêtres, elles perpétuent avec talent un savoir-faire millénaire, des gestes transmis de génération en génération.

L’ORIENT DES FEMMES :: VU PAR CHRISTIAN
LACROIX

Musée du Quai Branly

Jusqu’au 15 mai 2011

www.quaibranly.fr

 

Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *