EXPO : KUBRICK À LA CINÉMATHÈQUE FRANÇAISE

Stanley Kubrick sur le tournage de 2001: L’Odyssée de l’espace © The Stanley Kubrick Archive.

Installée au 5e et 7e étages de la Cinémathèque française, la rétrospective Stanley Kubrick célèbre le génie du réalisateur décédé en 1999.

Après Berlin, Zurich, Gand, Rome et Melbourne, c’est au tour de Paris d’accueillir la rétrospective Stanley Kubrick. Film après film et sur deux étages, l’expo à la Cinémathèque française retrace avec force de photos, d’objets et d’installations vidéo l’immense carrière de ce réalisateur né dans le Bronx en 1928.

Full Metal Kubrick.
Vous l’aurez sûrement compris au vu des nombreuses affiches qui tapissent les murs de notre capitale, à partir de demain matin, nous allons basculer dans une ère Kubrick. Kubrick se décline d’ores-et-déjà en badges, calepins, sacs en coton-bio, dossiers Hors-série, coffrets DVD et en livres… La Kubrick mania risque bien de nous faire virer à l’orange !

Lolita (GB/USA 1960-62) © Warner Bros. Entertainment Inc.

Il faut dire que la carrière du monsieur est impressionnante. Photographe au départ, il commence par travailler au magazine Look dans les années 40. Quelques dizaines de clichés datant de cette période accueillent le visiteur avant de poursuivre avec ses premiers projets au cinéma. On y découvrira notamment ceux qui n’ont pas abouti comme le Napoléon (1968-1973) ou encore Aryan Papers, sur les camps de concentration. Puis s’enchaînent les salles et les chefs-d’oeuvre extrêmes.

2001: A Space Odyssey, GB/USA 1965-68 © The Stanley Kubrick Archive.

Eyes Wide Open.
Avec force de détails et d’anecdotes, l’expo offre un assez bon aperçu de l’univers de chacun des films qui ont défrayé la chronique et marqué l’histoire du cinéma. On pense notamment à Spartacus, Lolita, Docteur Folamour, 2001 l’odyssée de l’espace, Barry Lindon ou Shinning. Le visiteur passe aisément de salle en salle, chacune décorée selon l’univers du film. Les costumes, les scripts ainsi que les photos de tournage sont exposés, peut-être de manière un peu fouillie, mais apportant un éclairage très intéressant sur la fabrication des films et les techniques novatrices utilisées par Kubrick.

Shining (GB/USA 1980) © Warner Bros. Entertainment Inc.

Les revues de presse datant de la sortie d’Orange mécanique attestent du caractère sulfureux de son oeuvre. On apprend que c’est Kubrick lui-même qui avait demandé à ce que le film mêlant sexe, viol et pop art soit retiré des cinémas en Grande-Bretagne suite aux nombreuses menaces de mort contre sa famille qu’il avaient reçu.
 

A Clockwork Orange, GB/USA 1970-71 © Warner Bros. Entertainment Inc.

Le gadget amusant de l’expo :
le décor studio des Australopithèques du début de 2001 : l’Odyssée de l’espace projeté sur un mur et dans lequel votre silhouette vient s’incruster quand vous passez devant ! Reste plus qu’à apporter votre os à moelle !


 
EXPO :: STANLEY KUBRICK                                                  

Cinémathèque française

Du 23 mars au 31 juillet 2011

Billets coupe file ici

 


 
HORS SERIE :: TROIS COULEURS 

Disponible en en kiosques et en librairies
                             
9,90 € 
 

              
  COFFRET 19 DVD :: STANLEY KUBRICK    
  Warner Bros. 

  LIVRE :: LES ARCHIVES DE STANLEY
  KUBRICK  
  Taschen éditions  

  199,99   
     

Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *