ET SI ON REFAISAIT LE MONDE

  Enfin non, la question serait "Vous ne vous êtes jamais demandé à quoi ressemblerait votre vie si vous étiez parti à gauche plutôt qu’à droite ?". Oui, je sais la question est longue, donc : "Et si on refaisait le monde ?" Ou plutôt "Et si JE refaisais mon monde"
 
Ma crise, je l’ai faite à 25 ans, et non pas à 30 ans, comme la plupart des femmes. Un matin je me suis réveillée et je me suis dit "Mince, qu’est-ce que j’ai fait dans ma vie qui mérite que j’en sois fière ?!". Je ne voulais plus gâcher ce temps qui est si précieux, alors j’ai décidé de tout changer. Oui, comme ça du jour au lendemain, arrêter la relation que j’avais à l’époque, changé de carrière, de physique, de vêtements, de coupe de cheveux, d’appartement, de ville…
 
Exit l’ancienne moi, bonjour la nouvelle WG…
 
Quand on commence à vouloir tout changer d’un coup, ça fait mal… On a comme une frénésie, une envie de plus en plus forte, d’atteindre l’excellence que l’on s’est fixée : un mec au top, un boulot de rêve (avec évolution de carrière), un physique plus élégant et mince, un style de femme d’affaire tout droit sorti des magazines, vouloir réussir dans sa vie sur tous les plans, avoir en quelque sorte de l’ambition pour soi-même…
 
Bon alors, étape 1 j’ai commencé par virer le mec, devenu  l’ex, donc je pouvais me recentrer sur moi-même pour évoluer vers la personne que je cherchais à être. Sauf qu’en gros, je n’avais aucune idée que qui je voulais être… Sacré problème donc qui se posait devant moi, surtout qu’en vrai Pierre Richard, il ne m’arrive que des M*\%@ et que, ne faisant rien comme tout le monde, j’ai rencontré un autre mec 20 jours plus tard… S’en sont suivis des mois de galère et de tournage en rond, car quand 2 handicapés de l’Amour se rencontrent, l’histoire met des mois à se concrétiser (7précisement). Oui, je sais je suis extrêmement patiente…
 
Enfin, tout ça mis à part, j’ai quand même réussi à remettre mon esprit sur les rails, savoir ce que je voulais, et prendre des décisions qui bien évidemment commençaient à s’imposer d’elles-mêmes. J’étouffais dans ma petite ville de province, j’avais fait le tour et professionnellement, je ne m’y retrouvais plus : j’ai démissionné et pris la décision de déménager en l’espace de 15 jours.
 
La recherche active d’un nouveau travail m’a amenée à changer de ville (à 80km), et donc d’appartement. Et là, tout s’est enchainé. Je vous passe les difficultés rencontrées sur mon chemin (pas d’appart=pas de boulot, pas de boulot=pas d’appart), mais d’un coup d’un seul, tous s’est très vite enchaîné, et en 1 semaine top chrono j’ai emménagé dans mon nouveau 50m², trouvé un super job (tel, pc et voiture de fonction inclus dans ce super package all inclusive) et enfin, je suis sortie avec LE Mec ! Ben oui, comme par hasard il habitait dans cette ville, tout alors devenait beaucoup plus simple…
 
Alors au final, j’ai peut-être été folle de vouloir tout changer du jour au lendemain, mais quand on arrive à saturation, il faut agir. Alors coup de tête ou réel besoin de changement radical, je ne sais pas, mais on verra au bilan des 1an, si ma décision de prendre un virage à 180° était la bonne. Ça tombe bien, l’anniversaire approche !
 
> Retrouvez notre blogueuse du jour sur son blog !

Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *