ET SI ON ARRÊTAIT D’EMBAUCHER DES ACTEUR.RICE.S CIS POUR INCARNER DES PERSONNES TRANS ?

Historiquement invisibilisés et caricaturés à l’écran, les rôles de personnes trans ont de tout temps été interprétés par des acteur.rice.s cis. Pourtant, on le sait, la question de la représentation est primordiale dans la construction de l’identité et du rapport au monde d’un individu. Il est urgent que l’industrie audiovisuelle prenne le réflexe d’offrir davantage de diversité dans ses représentations en termes de genres, de races, de corps ou encore de sexualités.

Image d'affiche du film The Danish Girl. On y voit les deux personnages centrales du film. Au premier plan, on voit l'acteur britannique Eddie Redmayne, un homme cis, qui interprète l'artiste transgenre Lili Elbe
Image d'affiche du film The Danish Girl. On y voit les deux personnages centrales du film. Au premier plan, on voit l'acteur britannique Eddie Redmayne, un homme cis, qui interprète l'artiste transgenre Lili Elbe. Image de Flickr

Aujourd’hui, de plus en plus de films et séries castent des acteur.rice.s LGBTQIA+ pour leur production. Pas trop tôt. Toutefois, le message a encore du mal à passer et embaucher des acteur.rice.s cis pour incarner des rôles de personnes trans est encore monnaie courante sans que ça ne pose problème — on pense au personnage de Manille dans La Casa de Papel (une femme trans incarnée par une femme cis) ou encore le personnage de Benjamin dans A Good Man (un homme trans incarné par une femme cis).

Pourquoi est-il problématique que les personnages trans soient interprétés par des acteur.rice.s cis ?

 

  • C’est priver de rôles des acteur.rice.s trans — et invisibiliser leur travail et leurs identités 
  • C’est perpétuer la croyance qu’être trans est un déguisement, une passade à ne pas prendre au sérieux — une idée transphobe dont il serait temps de se débarrasser 
  • Les acteur.rice.s cis ne connaissent rien à la réalité des transidentités et véhiculent ainsi, entre autres, des informations erronées, souvent offensantes et caricaturales, sur les identités de genre

Il y a quelque temps, Elliot Fletcher expliquait que lors d’une audition, il avait dit : « Je ne sais pas si les personnes trans parleraient vraiment de leur corps de cette façon. Je peux le formuler différemment ? » Après quoi les producteur.rice.s avaient choisi une femme cis pour jouer le personnage trans en question. Quelle honte. 

 

On rappelle qu’il n’est pas impossible de produire des films et séries avec des acteur.rice.s trans. On se souvient notamment de Laverne Cox dans Orange Is the New Black, de Jamie Clayton dans Sense8 ou encore de Elliot Fletcher dans The Fosters. Et plus récemment, en France, de Andréa Furet dans Il est elle, sur TF1

On vous conseille vivement le documentaire Disclosure, disponible sur Netflix, qui revient sur l’histoire de la représentation des personnes trans à l’écran. Sam Feder, Amy Scholder, et Laverne Cox y donnent la parole à des personnalités trans qui reviennent sur l’impact de la représentation trans sur leur vie, de Judith de Béthulie (film de 1914), de D. W. Griffith à Pose de Ryan Murphy.  

Sans parler du travail de Représentrans, qui œuvre pour une meilleure représentation des personnes trans et non-binaires. Ainsi, Gabriel Harrivelle, Charlie Fabre, Elliot Voilmy, Maëva Trioux et Chloé Hatimi proposent articles et analyses sur leur site, mettent à disposition un annuaire d’acteur.rice.s et accompagnent celleux qui le souhaitent dans leurs projets audiovisuels — de la création à la diffusion en passant par le choix du casting, l’élaboration du synopsis, des dialogues, etc. 

 

Le but ? Ne plus perpétuer le « cis gaze » et aborder les transidentités avec le plus de justesse possible. Rendre visible à l’écran ce qui est encore trop absent, avec respect et bienveillance.

 

Un article de Lucie Narouman

Un immense merci à Morgan Noam pour sa relecture et ses précieux conseils.

Vous pourriez aimer...