ET SI NOUS QUITTIONS TOUTES LE TRAVAIL À 16H34 ?

A partir du 7 novembre, le site Les Glorieuses invite les femmes à finir leur journée de travail à 16h34 pour défendre l’égalité salariale. Les Glorieuses ont en effet calculé qu’à partir de 16h34 le lundi 7 novembre jusqu’à la fin de l’année 2017, le travail des femmes serait considéré comme du « bénévolat ».

Le collectif Les Glorieuses a tranché et appelle les femmes à quitter leur travail avec leur slogan:
“Tout travail mérite* salaire.
*Offre valable, toute l’année pour les hommes, uniquement jusqu’au 7 novembre à 16h34 pour les femmes”.

L’idée s’inspire des Islandaises qui ont quitté leur travail le 24 octobre 2016 à 14h38 pour ensuite aller manifester afin de défendre l’égalité salariale. Une manifestation qui luttait contre les 14% d’écart salarial.

> Pourquoi le 7 novembre ?

Les Glorieuses y répondent: “Nous avons pris en compte l’inégalité des salaires calculée par Eurostat, l’organisme de statistiques de l’Union Européenne. Cette inégalité représente “la différence moyenne de rémunération horaire brute entre les travailleurs de sexe féminin et masculin”. Nous avons ensuite adapté ce rapport au nombre des jours ouvrés en 2016 (253), ce qui nous a donné 38,203 jours ouvrés. Cette méthode nous a ainsi permis d’arriver à la date du 7 novembre 2016 à 16h34 et 7,5 secondes (soyons précises)”

Selon le forum économique mondial, la discrimination salariale ne prendra fin qu’en 2186 en France ! Pour provoquer une prise de conscience, le hashtag #7novembre16h34 a été créé sur Facebook. 
Les Glorieuses, avec l’appui du blog Paye Ta Shneck, veulent rassembler un maximum de personnes en y invitant non seulement les femmes mais aussi les hommes, les syndicats et les organisations féministes. Le but de cet événement n’est pas de cesser toute activité jusqu’à la fin de l’année, mais de dénoncer les inégalités. En France, il y a environ 11% d’écart salarial selon l’Observatoire des Inégalités.
 

Site événement Facebook 

Marcelline Courtin

 
Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *