ÉLECTION MISS FRANCE : QUEL SENS EN 2021 ?

L’élection de Miss France 2021 s’est tenue ce samedi 19 décembre. Mais quelle est la place d’un concours de beauté en 2020 ? 

Ce samedi 19 décembre s’est tenue l’élection de Miss France 2021 au Puy du Fou. Sans public, cette année marquera tout de même le centenaire du concours de beauté. Mesures sanitaires drastiques, cérémonie en huis clos, scandales, critiques… A-t-il sa place en 2020 ? 

Du divertissement ? 

Selon Sylvie Tellier dans La Montagne, l’émission est avant tout un divertissement.  « On est là pour divertir les gens. Dans une année si morose, si complexe, Miss France a plus que jamais son rôle à jouer. C’est vrai que les lendemains sont incertains, mais sachons nous divertir », conseille la 72ème Miss France et directrice générale de l’élection. Et si l’on en croit les chiffres, ce divertissement touche beaucoup de français. La dernière élection a réuni 7 millions de spectateurs en moyenne, et 8,3 millions pendant la finale, selon Rémi Faure, directeur des programmes de flux de TF1. 

10,45% de français, cela représente une part importante de la population. Et on le reconnaît, les tenues sont magnifiques, le jury et les animateurs sont sympathiques, les décors sont beaux… Tous les critères sont au vert pour passer un bon moment devant la télé. Mais élire une Miss pour sa beauté, sa taille, son résultat au test de culture générale, est-ce vraiment décent ? 

Ode à la féminité ? 

Selon Clémence Botino, Miss France 2020, le concours est une « une ode à la féminité ». Mais vu les critères -très stricts- de sélection, on se demande de quelle féminité on parle. Pour avoir la chance d’y accéder un jour, il faut être française, âgée de 18 à 24 ans et mesurer minimum 1m70. Sylvie Tellier affirme à Gala ne pas avoir de critères de poids. « Tant que je serai là, on ne pèsera jamais les candidates ». Seulement, dans les faits, la Miss type pèse environ 55kg. Seule Vaimalama Chaves, élue en 2019, dérogeait à cette règle. Et en plus de ce critère de poids – carrément intériorisé, une Miss ne doit pas être mariée, avoir un casier judiciaire vierge et… « être née de sexe féminin ». Vous aussi, vous tiquez ? Non, parce qu’insuffler à 7 millions de spectateurs des injonctions de beauté irréalistes, c’était déjà bien. Mais être transphobe, c’est impardonnable. Enfin, non pardon. Pas transphobe. « C’est une question qui ne s’est pas encore posée mais si elle se présente, nous y réfléchirons », se justifie Sylvie Tellier. 

Émancipateur ? 

Il est vrai, cette compétition « donne la parole » et permet de mettre en avant des femmes. Mais à quel prix ? C’est vrai qu’à sa création, c’était un concours très émancipateur. Il permettait de mettre sur le devant de la scène des jeunes femmes qui n’avaient pas la même liberté qu’aujourd’hui. Et puis, elles avaient le droit de se montrer en maillot de bain ! Aujourd’hui, si le principe même du concours de beauté nous pose problème, ce sont ses règles strictes qui nous questionnent. Une miss n’a pas le droit d’avoir posé nu ou à caractère érotique, par exemple. Quelle liberté voyez-vous là-dedans ? Une femme dispose de son propre corps, et ne devrait pas être discriminée par ses choix passés ou présents. 

Aujourd’hui les candidates sont souvent engagées pour le droit des femmes [ndlr : Malika Menard, Miss France 2010, a notamment sorti un livre nommé #Fuck Les Complexes] ou l’humanitaire… Et c’est génial. Mais aller jusqu’à vanter qu’elles font des études… Malheureusement, élire une femme pour sa beauté, ce n’est pas le meilleur exemple pour que certain·e·s arrêtent de nous traiter comme des objets sexuels. Et nous ne sommes pas les seul·e·s à ne pas être d’accord. « 100 ans de sexisme, ça suffit. Comment peut-on encore en 2020 réduire les femmes à leur apparence ? Le succès populaire de cette élection nous motive pour continuer le combat « , s’indigne Fabienne El-Khoury, co-porte-parole d’Osez le féminisme. 

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Article de Clémence Bouquerod 

Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *