DECOUVERTE : NINA ATTAL

Photo, Unique Agency pour Paulette


« J’ai amené ma guitare pour le shooting, je n’ai pas pu résister… elle est à paillettes, je l’adore ! » nous confie Nina Attal à peine arrivée.

Une chanteuse bourrée de talent, pleine de pep’s et qui en plus adore la paillette, il n’en fallait pas plus pour nous convaincre ! Rencontre avec un petit génie de la soul qui, on l’espère, aura l’occasion de nous faire groover sur de nombreux albums encore.


Paulette : Nina, à 19 ans tu as déjà parcouru le monde, enregistré un Taratata, fait plus de 100 concerts, tu n’as pas perdu de temps !
Nina : Mes parents adorent la musique donc, depuis très petite, je baigne dedans. À 12 ans j’ai pris mes premiers cours de guitare et, tout de suite, une vraie passion est née. J’ai su que c’était ça que je voulais faire et je ne voulais pas attendre une seule seconde avant de monter sur scène et partager mon bonheur avec le public !
Vers 14 ans j’ai donc participé à mes premiers « jams » (rassemblements entre différents musiciens qui ne se connaissent pas les uns les autres mais qui décident de jouer ensemble, ndlr) et ça m’a conforté dans mon choix, je souhaitais vraiment devenir chanteuse et j’ai tout fait pour y arriver !
 
Tu as notamment participé au tremplin Blues sur Scène…
L’année de mes 16 ans, j’ai rencontré des musiciens dans des jams et je leur ai demandé s’ils seraient intéressés pour monter un groupe avec moi. Ils ont répondu positivement et donc, en 2009, on a effectivement fait le tremplin Blues sur Scène. On a remporté presque tous les prix, la preuve que les gens appréciaient ce qu’on faisait, et du coup ça n’a fait que me motiver davantage. J’étais vraiment décidée à percer dans ce milieu !
 
Ta carrière a donc concrètement commencé après ce fameux tremplin ?
Voilà, avec le groupe on a sorti notre premier EP, Urgency, autoproduit, puis on est allés jouer à l’étranger, au Canada notamment… mais aussi en France, dans plein de beaux festivals…  
 

 
« JE NE VEUX PAS QU’ON ME DISE CE QUE JE DOIS FAIRE »

Ton premier album est également autoproduit, c’est une volonté de ne pas signer sur un label ?
Si un label m’appelle et me dit « on adore ce que vous faites » alors oui, j’aurais complètement envie de signer mais il ne faut pas que je dévie. Le but c’est d’imposer mon style, ma musique, ce que j’aime vraiment faire ! Je ne veux pas signer et qu’on me dise ce que je devrais faire ou non. J’ai la chance que mes parents me soutiennent entièrement et c’est pour ça que, jusqu’à maintenant, on a effectivement tout autoproduit.
 
Parle-nous justement de ce style et de cette musique que tu aimes.
Moi ce que je fais c’est du blues, de la soul, du funk. Mes parents ont toujours écouté ça, ma culture musicale est à fond afro-américaine !
 
Tu écris donc en anglais, ça va de soi ?
Oui. Écrire en français c’est un art, il faut savoir le faire et, souvent, véhiculer un message. Moi j’ai envie de raconter des histoires, des histoires d’amour qui se finissent bien, mal, ou qui ne se finissent pas. Je n’ai pas la prétention d’écrire de grands textes. Donc j’écris en anglais et effectivement ça colle mieux au style.
 

 
« J’INVITERAIS BIEN PRINCE OU STEVIE WONDER SUR LE PROCHAIN ALBUM ! »

C’est toi qui écris toutes tes chansons ?
Oui je me considère comme chanteuse, guitariste, auteur et compositeur. Après je compose toujours avec mon guitariste, Philippe Devin. On est en couple donc ça facilite ! Philipe va trouver des accords de guitare puis on va maquetter les morceaux au plus précis pour les enregistrer en studio. J’écris les mélodies, les chœurs, et on finalise ensemble.  
 
Pourquoi avoir appelé cet album Yellow 6/17 ?
C’est tout un concept en fait… À partir de cet album-là il y aura un code couleur, comme ça si jamais j’en enregistre plein dans ma carrière les gens auront de la couleur dans leur discothèque ! J’ai voulu commencer avec le jaune car c’est joyeux, funky, ça donne du pep’s, comme mes morceaux. Et « 6/17 » car sur l’EP il y avait 5 morceaux et l’album est la suite de cet EP et comporte 7 morceaux, donc de 6 à 17…
 
Tu bosses déjà sur un nouvel album ?
Oui et cette fois-ci je voudrais un album avec un fil conducteur, une histoire, et pourquoi pas des invités, on verra ce qui s’offre à nous…
 
Tu inviterais qui si tu n’avais aucune limite ?
Prince et Stevie Wonder sans hésiter ! Et bon, si je pouvais faire un duo avec Lenny Kravitz, je ne dirais pas non (Rires).
 
Bon et sinon avec tout ça l’école ça se passe comment ?
J’ai passé mon bac il y a un an et demi, les deux dernières années de lycée j’étais déjà à fond dans la musique, j’ai toujours aimé l’école mais techniquement parlant c’était compliqué, j’ai donc suivi le CNED. Aujourd’hui je suis intermittente, je gagne ma vie avec ça.
 

 
Quelles sont tes 3 chansons favorites du moment ?
 
Une dédicace à Paulette ?
Si un jour Paulette est le magazine Number 1 féminin en France alors je pourrais dire qu’un jour, j’ai fait une interwiev pour vous et j’en serai super fière !
 
Bonus

Paulette vous offre 5×2 places pour le concert de Nina Attal le 6 décembre
à La Maroquinerie (Paris) + 5 albums Yellow 6/17

Les 10 gagnants seront tirés au sort vendredi midi parmi ceux qui auront correctement répondu à la question suivante :
 Qui est l’interprète de la chanson « I feel good » ?
 
 
NINA ATTAL :: YELLOW 6/17
Disponible depuis le 24 octobre 2011
 
 
Concerts :
6/12 : Maroquinerie, Paris                                   
13/12 : Angers
 
 
Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.