DÉCOUVERTE : GIANA FACTORY

Photo, Emilie Carlsen (artwork : Milla Jens by Alsbo)
 
Les trois jeunes Danoises de Giana Factory étaient de passage en France à l’occasion du festival Trans Musicales à Rennes. Un réel tremplin pour le groupe qui sort mondialement son album "Save The Youth" en mars 2012.
  
Paulette : Comment vous êtes vous rencontrées ?
Giana Factory : Nous fréquentions la même école de musique à l’époque. Il y a eu une réelle connexion entre nous trois, que ça soit amicalement, spirituellement et musicalement. Nous faisions chacune partie de différents groupes à Copenhague et nous avons vite compris que nous partagions un univers particulier ensemble. Aujourd’hui, nous considérons notre musique comme du rock allié à un fond très électro, tout cela englobé par une atmosphère mystérieuse.
 
Votre premier album Save the Youth est sorti l’année dernière, comment vous est venu l’idée de réaliser un remake de cet unique album ?
Nous voulions attendre le bon moment mais surtout les meilleures opportunités (en termes de label par exemple) avant de nous lancer dans une conquête européenne voir américaine. C’est pour cela que nous avons décidé de lancer l’album mondialement en mars 2012. Il s’agit d’une nouvelle version de l’album Save The Youth, qui sera disponible en édition limitée aussi, où l’on pourra y retrouver des bonus mais aussi des collaborations avec différents artistes tels que GlasVegas, Autolux ou encore The Asteroid Galaxy Tour. Le but de cette édition est de partager une réelle expérience avec nos fans mais aussi de partager notre musique avec des personnes qui nous influencent tous les jours. Le résultat est vraiment épatant. Nous envisageons d’ailleurs de renouveler l’expérience avec notre 2e album.
 
Est-ce que vous envisagez de faire une date de concert pour cet album Remake ?
Justement pour le pré-lancement de cette édition nous avons organisé un concert au Danemark C’était impressionnant ! Nous n’avons pas du tout joué ce soir là. Les seules personnes sur scène étaient nos amis musiciens. En tout 10 groupes. C’était une des meilleures soirées de notre vie ! (Rires) On était gênées et toutes excitées au même temps, c’était la première fois qu’on entendait des reprises live de nos chansons. Et puis le public était parfait !
 
Photo, Sofie Alsbo
 
Vous étiez sur la scène du festival Trans Musicales. Ce festival est un réel challenge pour les nouveaux venus sur la scène française et européenne. Etiez-vous excitées ?
Nous sommes réellement contentes que notre manager Marion ait réussi à nous booker sur un tel événement. Nous avions déjà fait pas mal de concerts à Paris en juin dernier mais nous n’avions pas encore fait de grands festivals en France. C’est vraiment l’opportunité de goûter au public français d’une toute autre manière. Nous étions en tout cas surexcitées et impatientes d’y aller !

 

"N’AYEZ PAS PEUR, D’INNOVER, D’ETRE DIFFÉRENTES"
 
Quel est votre pire ou meilleur souvenir de concerts ?
En juin dernier, nous devions jouer à la Machine du Moulin Rouge. Une heure avant le début du concert, nous nous sommes retrouvées coincer dans de terribles bouchons dans les rues de Paris. Il n’y avait aucun moyen de contourner cette pagaille. Nous étions angoissées à l’idée d’arriver en retard.
Au final, nous sommes arrivées 20 minutes en retard. Pas le temps de se préparer, pas le temps de souffler, nous sommes directement monter sur scène et nous avons, dans l’excitation et dans la dynamique du moment, commencé à jouer. C’était une réelle expérience qui mélangeait pas mal d’émotions. Et puis le public français est tellement ouvert que nous en gardons finalement un bon souvenir.
Nous avons terminé la soirée avec un after show au Baron afin de décompresser tranquillement de cette folie parisienne.
 

 
Quels sont vos plans dans l’immédiat ?
Rentrer à la maison! Nous devons préparer le lancement mondial de l’album Save The Youth. Nous serons d’ailleurs de retour en France en mars prochain pour le festival Les Femmes s’en mêlent.
 
Avez-vous des groupes préférés à faire découvrir à Paulette ?
Nous aimons bien le groupe américain Grimes mais aussi un groupe danois Darkness Falls avec qui nous avons joué à plusieurs reprises. N’hésitez pas à écouter leurs différents EP !
 
Un petit mot pour Paulette ?
N’ayez pas peur d’innover, d’être différentes des autres, et n’oubliez pas de vous épanouir ! 
 
GIANA FACTORY :: SAVE THE YOUTH
Music for dreams
 
 

Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *