DÉCOUVERTE : ELODIE RAMA

A travers des mélodies envoutantes, Elodie Rama nous raconte un ailleurs, une géographie nouvelle que la jeune artiste nantaise crée au fil de ses rencontres. Sa musique, qu’elle qualifie elle-même de « clair-obscur », reflète ses multiples inspirations artistiques et littéraires. Gros plan sur cette artiste plurielle dont le premier EP, Strange Island, est sorti cet automne.

Paulette : Elodie Rama, d’où te vient cet amour de la musique ?
Elodie : En premier lieu de ma famille, j’ai grandi avec un père musicien, je l’ai suivi dans ses concerts, lors des répétitions, j’y ai pris goût très tôt et à 18 ans j’ai dit à ma mère : « Et bien voilà, je veux être chanteuse » ! Même en ayant une famille concernée par l’art et la musique, mes parents m’ont poussée à faire des études. Aujourd’hui donc je suis chanteuse mais aussi styliste de mode et plasticienne. Créer c’est plus qu’une passion, c’est mon langage, mon ADN.

Sur scène tu joues avec plusieurs musiciens, parle-nous un peu de ton groupe et de tes rencontres musicales.
Je  suisun loup solitaire, j’écris, je compose, réfléchis en solo puis, ce travail, je le partage avec mes trois musiciens : Julien à la guitare, Shen Roc qui est beatboxer et Antoine à la batterie et aux samples. Sur scène, une énergie se dégage du groupe et ces moments sont extrêmement précieux. J’ai eu la chance de participer à différentes formations telles que les Hocus Pocus, Natural Self ou encore le Blue Apple Quartet. Ces rencontres artistiques sont autant d’histoires qui m’inspirent et composent ma géographie musicale.

En parlant d’inspiration justement, quelles sont tes influences ?
Multiples ! Mes influences viennent des grands noms du Jazz comme Billie Holiday, Ella Fitzgerald, Miles Davis, Mulatu Astatke (Ethio-jazz)… J’aime aussi beaucoup la poésie d’Arthur H, d’Erykah Badu… La littérature et la pensée autour du métissage sont aussi une grande source d’inspiration puisque ces questions font partie de moi, de mon histoire personnelle. La poésie d’Aimé Césaire, les textes d’Edouard Glissant sont dans le top de mes lectures favorites. Ma musique reflète quelques-unes de mes obsessions la géographie, le voyage, l’hybridité…

Ton premier EP vient de sortir avec un morceau phare, Strange Island, cette île rêvée qu’est-ce qu’elle signifie pour toi ?
C’est un morceau très personnel et en même temps qui parle d’une question universelle : le besoin de connaître ses racines. Strange Island est une douce mélancolie, une marche onirique vers un ailleurs. Lorsque je suis allée en Martinique pour la première fois, terre de naissance de mon père, je me suis sentie en contact direct avec mes ancêtres, ce souvenir quasi-mystique hante cette Strange Island.

Une dédicace aux Paulettes en guise de mot de fin ?
Suivez votre instinct et écoutez votre cœur !

ELODIE RAMA :: STRANGE ISLAND (EP)
 
Concerts :
24/01 : Le Vallon – Mauves-Sur-Loire
22/03 : Carré D’argent – Pontchateau 
Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

NOUVEAUX.LLES LEADERS N°48

CONNECT & FOLLOW