CRYSTAL FIGHTERS, EASY LIFE

Photos d’Elodie Daguin pour Paulette Magazine

Crystal Fighters est un groupe londonien né en 2007 et composé de 3 filles et 3 garçons. Vous avez probablement entendu une de leurs chansons vers 2009 sur une compilation
Kistuné ou, plus récemment, dans une pub pour téléphone portable ou dans un épisode de Gossip Girl.


Trois ans après l’album “Star of Love”, les champions du son “folktronica” – mélange de folk traditionnelle et de musique techno-électro – reviennent avec “Cave Rave”, un LP hypnotique qui n’a pas fini de nous étonner. Plus intriguant que l’album lui-même, un concert des Crystal Fighters est comme un voyage conceptuel fantasque dont les chansons tribales aux mélodies simples mais efficaces donnent envie de partir en vacances d’été. L’énergie qui se dégage de leurs performances rappelle d’ailleurs celle des lives de Frànçois & The Atlas Mountains.
 
Paulette a rencontré Sebastian Pringle et Graham Dickson, chanteurs, guitaristes et percussionnistes de Crystal Fighters.

Paulette : Racontez-nous l’histoire de Crystal Fighters.
Le grand-père de Laure, la chanteuse principale du groupe, avait écrit juste avant de mourir un opéra sur la culture et les traditions basques. Dedans, un groupe de jeunes gens se nommait les Crystal Fighters. Nous nous sommes intéressés à la musique basque et avons découvert de fabuleux instruments classiques. C’est ainsi qu’est né le groupe.

 

Quelles sont les influences du nouvel album “Cave Rave” ?
Nous nous sommes inspirés de la musique tribale mexicaine, de la guitare africaine, plus précisément nigériane, des années 1970. Et aussi de la techno chilienne et de toutes les sortes de musiques dansantes latines. Et les chansons pop classiques de la fin du siècle dernier. Nous aimons particulièrement le courant hip-hop, qui revient en vogue. Il y a quinze ans, nous aimions déjà le vrai hip hop, mais à un moment, nous avons pris conscience que la véritable forme du hip hop n’était plus assez exprimée. Et là, c’est de retour ! Nous écoutons aussi de la dance music et de la techno. Nous gardons toujours les instruments basques tel que le txalaparta.

Comment s’est passé l’enregistrement de “Cave Rave” ?
C’était chanmé ! C’était hyper cool de bosser avec des producteurs. Nous avons passé trois mois avec eux, à Los Angeles, dans un environnement tropical. C’était une expérience totalement nouvelle pour nous. Pour notre premier album, nous avions enregistré seuls dans un studio en pleine campagne près de Bilbao.
 
Quels thèmes abordez-vous dans vos chansons ?
Nous nous sommes rendu compte que le livre-opéra dont nous nous inspirions ne traitait pas seulement de thèmes basques. Il essaie de faire comprendre l’Univers tout entier. L’album s’appelle “Cave Rave”parce que les peintures et dessins rupestres forment la toute première documentation que nous avons des temps anciens. Nous parlons des thèmes majeurs de l’Univers car c’est toujours d’actualité. Nous les mettons dans une nouvelle perspective. Nous essayons de développer l’idée de la richesse de la culture d’il y a plus de 2000 ans, bien avant la naissance de la culture Basque, en fait.

 

Que préférez-vous dans votre job ?
Tout ! Faire des concerts et enregistrer. Maintenant que nous avons enregistré, nous sommes prêts à retourner sur scène, rencontrer de nouvelles personnes, apprécier ce qui nous arrive. Nous voulons toujours plus que ce que la vie nous donne. Nous souhaitons vivre l’expérience complète de la sortie de notre album.
 
La chose la plus dingue qui vous soit arrivée en concert ?
Une fois, la tête de Graham a été blessée par une guitare. C’était un accident. Il saignait beaucoup. C’était flippant pour le public autant que pour nous. C’était dingue.
 
Le meilleur lieu pour partir en vacances ?
Le Pays Basque est parfait parce que tu as à la fois la mer et la montagne. C’est une super combinaison ! Pour le surf, nos spots préférés sont au Pays Basque, au Maroc et à Los Angeles.
 
Et est-ce que partir en tournée, c’est partir en vacances ?
Ça ne dure pas très longtemps ! (rires) Nous sommes toujours en train de bosser au final. Surtout ces derniers mois. Quand un groupe part longtemps en vacances, ce n’est pas bon signe. C’est bien de s’occuper. La tournée mondiale commence en mai et se termine à Noël !


 Quel est votre endroit préféré ?

Chaque pays, chaque ville, a sa propre particularité et sa manière de réagir par rapport à nos chansons. Nous n’avons pas de préférence. Même si nous vivons au Royaume-Uni, et que ce n’est certainement pas notre endroit préféré  (rires) nous sommes obligés de rester là-bas pour diverses raisons. Nous n’en avons plus pour très longtemps.
Ajoutons quand même : Vive la France !
 
Y-a-t’il un objet dont vous ne pouvez vous passer ?
Le cristal de Graham. Il le porte autour du cou tout le temps. Mais si on le perd, on s’en sortira. (rires) Nous pensons qu’il ne faut avoir besoin de rien, à part de l’essentiel. C’est-à-dire de l’eau, de la nourriture… tout le reste, c’est du luxe.
 
Un dernier mot ?
Paix & Amour.
BONUS
 
CRYSTAL FIGHTERS :: CAVE RAVE
Pias / Sortie le 27 mai
En écoute sur Spotify
 
 
Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *