CRUELLA DE VIL OU LA PLUS STYLÉE DES MÉCHANTES

La team Paulette est allée voir le tout dernier Disney (et pas des moindres) qui sortira en salle le 23 juin prochain : "Cruella". Comment cette reine de la mode est-elle devenue une femme égoïste et vicieuse, prête à capturer des dalmatiens pour s’en faire un manteau ? Ce long métrage nous présente sa vie. De son enfance turbulente à ses débuts chaotiques au cœur de Londres, jusqu’à l’empire Cruella De Vil… Un film qui décoiffe, pensé pour les mordu·e·s de mode, de punk rock et tou·te·s les autres !

Le long métrage se passe dans le Londres des années 70, là où la mode et la musique étaient les piliers d’une période agitée. C’est une histoire bourrée d’énergies, d’idées, de créativité, menée par une superbe BO déjà culte (notamment The Doors, Les Bee Gees, Queen, The Clash, et bien d’autres). Cruella représente parfaitement la colère et la révolte de la jeunesse de l’époque. Là où exprimer son génie (en tant que femme, qui plus est) n’était guère une mince affaire. Mais pas question de se laisser marcher dessus… ROCK’N ROLL BABY !

Petite Estella deviendra grande

Tout commence avec Estella, le prénom original de celle qui deviendra par la suite, la célèbre femme au manteau dalmatien. Petite fille hyperactive, très créative, qui voit le monde à sa manière. Pas question de se plier à l’uniforme de l’école ou d’ignorer les réflexions mesquines des garçons de la classe… Estella est une jeune fille rebelle qui perd sa maman très jeune, dans un accident dont elle se considère elle-même principale responsable. Ensuite, elle rencontre ses alliés de vie, de délinquance et de manigances : Jasper et Horace. Ces deux orphelins deviendront sa famille. Avec eux, elle mène une vie d’arnaqueuse et de voleuse. Pour cela, elle conçoit de nombreux costumes farfelus pour se fondre dans tous les décors. Mais Estella rêve d’une carrière de créatrice de mode, alors il est temps de prendre sa vie en main.

« Comme tous les grands méchants, Cruella est l’héroïne de sa propre histoire. Elle se sent parfaitement légitime dans sa façon d’agir. Elle n’accepterait jamais le point de vue selon lequel elle est la méchante », affirme Andrew Gunn, producteur du film.

Emma Stone, méchamment excellente

L’actrice incarne parfaitement le personnage de cette jeune Anglaise, excentrique et très en marge des règles et du droit chemin (s’il en existe un). À 25 ans, de nombreuses péripéties mènent Estella face à une opportunité incomparable. Un poste auprès de la plus grande créatrice de mode du monde : La Baronne (jouée par la géniale Emma Thompson). Dans ce nouveau Disney, Emma Stone nous offre une performance à la fois touchante et complètement déjantée. L’actrice confit son enchantement de jouer un personnage aussi ambivalent. « Quelle part de Cruella existe en Estella, et vice versa ? Il est intéressant de se demander si Cruella fait partie d’Estella depuis toujours, ou si ce sont les événements tragiques de sa vie qui la façonnent peu à peu ». Esprit de vengeance, compétition, égo et concurrence déloyale, le film met en scène le combat créatif entre deux femmes génie de la mode.

« Les deux vedettes de Cruella sont des femmes qui travaillent et sont rivales dans leur activité. On ne voit pas cela très souvent, voire jamais », lance Emma Thompson, La Baronne.

Cruella dans une boutique vintage
© Cruella - Disney
Dalmatiens de La Baronne
© Cruella - Disney
La Baronne buvant un verre
© Cruella - Disney
Cruella robe en feu
© Cruella - Disney
Robe en feu, Cruella
© Cruella - Disney

Une spectaculaire explosion de fashion

Si l’on ne peut plus commencer une journée sans la BO du film, notre envie de créer et de voir des défilés de mode n’a jamais été aussi élevée qu’après avoir vu ce film. En effet, propre à Disney, Cruella met en scène de somptueux décors au cœur d’une ville entièrement revisitée à « la mode d’avant ». Palais, châteaux, grands magasins, les scènes sont mythiques et grandioses. Disney réussit à dresser le portrait d’une méchante que l’on adore détester, tout en décrivant l’envers du décor de la haute couture. Petites mains, esprits créatifs, pression et opportunisme. Le dessous des griffes n’est pas toujours aussi brillant que ce qu’il n’y parait, lorsque l’on gratte le vernis. Cruella, c’est un film qui nous en met plein la vue et pendant lequel on ne s’ennuie jamais. « Je suis née brillante, très méchante et un tout petit peu démente », signe Cruella De Vil.

Foncez en salle, vous allez vous régaler. Et en sortant, si vous êtes comme nous, vous aurez envie de revoir les 101 dalmatiens, un peu comme une madeleine de Proust…

La team Paulette vous souhaite un très bon visionnage.

Article de Margot Hinry

Vous pourriez aimer...