CRÉEZ VOTRE MINI FERME URBAINE

Plus la peine de quitter son cocon citadin pour expérimenter les joies du potager, les fermes s’implantent désormais dans les villes.

 
A New York, Montréal ou Tokyo, on dénombre des fermettes juchées sur les toits des immeubles ou au coeur des friches industrielles. L’ONU en a même fait sa nouvelle arme pour lutter contre la pénurie alimentaire dans les pays pauvres. Pionnière en France, la Ferme Urbaine Lyonaise (FUL) devrait produire 622 600 salades dès l’été 2016.
 
Si vous vous souhaitez la jouer “Paulette à la ferme”, plusieurs options s’offrent à vous.
 
> Quand on a un petit jardin
 
Celles qui possèdent un lopin de terre peuvent investir dans du matos agricole de compète. Par exemple, le site Farmili propose d’acheter en ligne des poules (pour avoir des oeufs frais au petit déj’) et des lapins ainsi que de l’équipement d’élevage. De même, l’entreprise Bacsac commercialise des potagers et composteurs urbains, légers et nomades. José Bové approves this message.
 
> Quand on vit dans un appartement
 
 
Si vous habitez plutôt dans un studio sous les toits, rejoignez le potager citadin le plus proche de chez vous.
A Paris, la ferme urbaine participative V’île Fertile vous attend pour des réjouissances 100% bio. A Lyon, jardinez avec l’association Brin’d’Guill.
La Friche Belle de Mai, à Marseille, propose quant à elle des jardins partagés avec une dimension très…poétique !
 
Paulette fans de tizanimaux et avides de frichtis sains et d’activités détox  sont forcément dans les starting blocks !
 
La sélection Paulette

Poulailler design (très cher mais l’amour des poussins mignons n’a pas de prix), Farmili, 690 euros

Poulailler Pousse Créative, Maginéa

Potager portatif, Bacsquare, 240 euros

Petit composteur, Bacsac, 56 euros


Poule pondeuse,
28 euros


Bretelles de balcon,
Balsac, 37 euros
Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *