COVID-19 : OÙ EN EST-ON ?

L’été est là, et avec lui presque tous les signes habituels. Pourtant, cette année, la saison estivale prend un goût particulier qu’il ne faut pas ignorer. Alors, où en est-on dans la pandémie du Covid-19 ?

Où en est-on dans la cris du Covid-19 ?
Crédit : Nick Bolton on Unsplash

La pandémie du Covid-19 « continue de s’accélérer dans le monde« , selon l’OMS. « Le virus continue à circuler sur le territoire, comme le montre le nombre de nouveaux ‘clusters’« , d’après un communiqué de la Direction générale de la santé. Une seconde vague est « extrêmement probable » pour le Conseil scientifique sur le coronavirus. Ce n’est pas fini. Déconfinement ne rime pas avec retour à la normale. Le Covid-19 n’est pas en train de s’éteindre. Au contraire.

Les chiffres parlent toujours

Depuis plus d’un mois, la vie reprend progressivement son cours. Chacun a quitté son domicile en suivant les dates qui le concernait. La fin des attestations de déplacement, les galeries et les commerces, les transports, le retour à l’école et maintenant les cinémas. Le nouveau coronavirus ne semble plus qu’un mauvais souvenir, le confinement un lointain calvaire, la peur de tomber malade oubliée…

Hier, lundi 22 juin, le directeur général de l’OMS a fait part d’un bilan sans appel : « un million de cas signalés en seulement huit jours ». Alors que la veille, de nombreux rassemblements festifs et joyeux fleurissaient à l’occasion de la fête de la musique, de nombreuses images inquiètent les spécialistes. L’été est là, les gens se rassemblent, boivent des verres et rient aux éclats les uns proches des autres. De moins en moins de masques, de moins en moins de gestes barrières, de moins en moins de précautions.

On n’arrête pas de se protéger

Pour Pascal Crepey, enseignant-chercheur en épidémiologie et biostatistiques à l’École des hautes études en santé publique à Rennes, le Covid-19 n’est pas derrière nous. « Sans vouloir jouer les Cassandre, tant que nous ne disposons pas de traitement efficace ni de vaccin, on ne pourra pas dire que l’épidémie est derrière nous », explique-t-il dans La Croix. « Même si on arrivait à éradiquer le virus du territoire français, il continuerait à circuler ailleurs dans le monde. La crise est donc loin d’être derrière nous. Mais il existe différents niveaux de crise. Nous sommes dans une phase de vigilance et non plus dans une phase d’action défensive. Nous pouvons donc retrouver un semblant de vie normale… un semblant seulement. »

C’est en raison de ce « semblant seulement« , que l’on continue à se protéger. Pour prévenir la propagation du virus, on applique les gestes simples qui se dressent entre la maladie et nous.

  • Se laver souvent les mains. Utiliser du savon et ‎de l’eau, ou une solution hydroalcoolique. ‎ ‎
  • Portez un masque dans les lieux de grande fréquentation.
  • Rester à distance de toute personne qui tousse ‎ou éternue. ‎ ‎
  • Ne pas toucher ses yeux, son nez ou sa bouche. ‎‎‎ ‎
  • En cas de toux ou d’éternuement, se couvrir ‎la bouche et le nez avec le pli du coude ou avec un ‎mouchoir.
  • ‎‎Rester chez soi si l’on ne se sent pas ‎bien. ‎Et si l’on en a la possibilité de manière générale.
  • ‎Consulter un médecin si l’on a de la fièvre, ‎que l’on tousse et que l’on a des difficultés à ‎respirer.
  • Prévenir le service concerné par ‎téléphone au préalable. ‎
  • ‎Respecter les indications des autorités sanitaires ‎locales. ‎ ‎‎ ‎

Article de Aurélie Rodrigo

Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.